1. Tante Justine


    datte: 15/04/2018, Catégories: Mature, Auteur: mistermaturelover,

    sexuelle. Du haut de mes 23 ans, je la vis pour la première fois au travers, non du filtre de la famille, mais de celui d’un homme, qui regarde une femme si belle que l’on se serait retourné sur elle dans la rue. Avec sa vie de mère de famille, elle ne cherchait plus à se mettre en valeur, et pourtant sous sa chemise je distinguai ses seins lourds qui caressaient le tissu, et je la désirai immédiatement. Je me rendis compte également que son corps, bien qu’il ait subit trois grossesses, avait acquis des hanches et des fesses voluptueuses, que l’on distinguaient sous la toile de son pantalon. Le désir me montait à la tête, mais quelque part j’entendais une voix qui me rappelait que cette femme était ma tante, que j’avais une petite amie, que tout ça ne devrait même pas être envisagé. En luttant contre mes envies sauvages, je posai ma main droite sur l’arrière de sa tête, en signe d’apaisement, et je plongeai mon visage dans ses cheveux. Mon cœur battait furieusement dans ma poitrine, et je craignais qu’elle ne remarque mon désarroi. Son visage était maintenant tourné vers mes cuisses, et le désir que j’essayais de réprimer, après avoir dévoré son corps du regard, commençait à devenir visible, sous la forme d’une bosse de belle taille sous mon bermuda. Justine m’enserra alors de ses bras, le droit passant dans mon dos, rejoignant le gauche qui glissa sur mes abdominaux. Je sentis alors que mon côté venait se lover entre ses deux seins si généreux, et à cet instant, je me ...
    dis que tout était perdu, que j’étais sous son emprise, et que quoi qu’elle fasse, je l’aurais suivie jusqu’au bout du monde. Tel était mon état d’excitation, lorsque Justine releva la tête, prit mon visage dans sa main gauche, et emmena mes lèvres vers les siennes. Je goûtai alors à ses larmes qui coulaient sur ses joues, telle la mousson, et nos bouches s’ouvrirent, pour s’emboîter en un baiser lent et délicieux. La langue de Justine semblait avoir pour objectif de goûter à chaque parcelle de la mienne, et il me sembla à cet instant que Justine était une femme très déterminée. Ses mains glissèrent depuis mon visage vers ma poitrine, et enfin vers la bosse qui déformait mon short. Je tressaillis lorsque ses doigts se refermèrent sur mon sexe, et posai ma main sur la sienne, comme pour vérifier que tout ça était réel. Justine m’infligeait un massage très agréable, et je m’enhardis en découvrant son corps à mon tour. Je caressai son dos, et descendis jusqu’à ses fesses, que j’agrippai fermement. Justine rompit notre baiser pour me regarder en souriant, visiblement satisfaite de ma réaction. Elle plaqua à nouveau ses lèvres sur les miennes, et commença à soulever mon tee-shirt. Je me retrouvai torse nu, et ses mains caressaient ma poitrine, jouant avec mes tétons, caressant mes abdominaux, et finalement, elle s’attaqua à ma ceinture. De mon côté, je déboutonnai fiévreusement sa chemise, et je pus enfin prendre en main l’un de ses magnifiques seins. Je le soupesai, le caressai, ...
«1...3456»