1. Ma tante est une lesbienne


    datte: 16/04/2018, Catégories: Lesbienne, Auteur: helene2012, Source: xHamster

    Une de mes tantes qui était juste un peu plus âgée que moi m’avait fait découvrir qu’il y a autre chose que la masturbation. Un matin, elle avait fait irruption dans ma chambre et elle avait retiré le drap. Imaginait-elle que j’étais nue dessous ? Je n’avais pas de chemise de nuit et le drap s’était collé sur mes poils à cause du plaisir que je m’étais donnée dans la nuit si bien que ça m’en a arraché quelques-uns. J’ai poussé un cri. - Regardez-la, ma cochonne, m’a fait ma tante Aurélie en posant sa main sur mon ventre pour m’empêcher de me lever ! Ainsi, tu te masturbes, m’avait-elle demandé ! Tu fais comment ? Ses doigts avaient glissé sur ma vulve et elle m’avait enfoncé un doigt dans le vagin puis elle avait écrasé son pouce sur mon clitoris. Je me suis laissée aller et il ne lui a fallu que quelques minutes pour me faire avoir un autre orgasme. - Tu es une petite cochonne, m’a-t-elle encore dit ma tante en se penchant sur moi ! Son visage était juste au-dessus du mien et elle a laissé couler sa salive qui est tombée tout droit dans ma bouche puis elle s’est penchée encore plus et elle a posé ses lèvres sur les miennes puis elle a sorti sa langue pour jouer avec la mienne. Je n’avais que quinze ans et c’était extraordinaire, d’autant plus qu’elle avait recommencé à mettre ses doigts dans ma chatte et chaque fois qu’elle me laissait respirer c’était pour me dire que j’aime ça puis elle a remonté son peignoir sur ses hanches et j’ai vu qu’elle était toute nue par-dessous. ...
    Elle s’est d’abord assise sur ma poitrine, ce qui a chassé mes seins de mon torse puis elle est remontée pour que sa vulve se retrouve sur ma bouche. Ses poils touffus étaient trempés. Ma tante m’a demandé si je me rends compte à quel point je la fais mouiller mais je n’ai pas pu lui répondre parce qu’elle écrasait sa vulve sur ma bouche. Elle la faisait glisser sur mon nez puis elle revenait. - Petite conne, a-t-elle ajouté ! Elle s’est amusée un bon moment avec mon visage puis elle s’est penchée à nouveau pour embrasser mes seins qui avaient du mal à reprendre leur place sur mon torse. - Tu te rends compte de ce que tu rates, m’a-t-elle encore demandé ? Tu vois le pied du lit ? Je voyais bien le pied du lit, ce bout de bois carré qui fini par être arrondi alors que dans le lit que j’ai à la maison, le carré finit en plusieurs arrondis. - Quand j’avais ton âge et que je dormais dans cette chambre, je me le faisais, a ajouté ma tante ! Je lui ai demandé ce que je veux dire et elle s’est mise à rire. - Petite innocente ! Je vais te montrer ! Elle est descendue du lit et elle a enfourché le pied du lit et le morceau de bois a disparu dans son ventre. Ma tante semblait contente de me montrer ce dont elle était capable et elle a même ajouté que je n’en suis pas capable. Jusque-là, je ne m’étais enfoncé que ce que j’estimais pouvoir entrer, comme des crayons, le stylo à plume de ma communion. Quand j’avais essayé avec la bougie qui était plantée dans le chandelier et qui aurait pu ...
«1234...»