1. Ma tante est une lesbienne


    datte: 16/04/2018, Catégories: Lesbienne, Auteur: helene2012, Source: xHamster

    servir en cas de panne d’électricité, j’avais dû f***er un peu et je m’en étais tenue là et je me disais quand même que je devrais faire un effort quand un garçon m’enfoncerait son pénis. - Alors, m’a demandé ma tante ? T’es cap ou pas ? Tu peux toujours essayer ? Cela l’amusait beaucoup. Je suis allée enfourcher le pied du lit mais je me suis contentée de faire glisser le bout de bois sur ma chatte. - La pauvre chérie, a insisté ma tante ! Tu verras quand tu auras un gosse ! Elle m’a montrée avec ses mains comment serait ouvert mon vagin à ce moment-là. Oui, forcément, une autre de mes tantes venait d’avoir un bébé et elle lui donnait le sein. Alors, le bout de bois, ça n’était pas grand chose à côté et j’ai insisté. - Attends, a ajouté ma tante en crachant dans sa main ! Il faut préparer ton amant ! Elle a craché dessus plusieurs fois tout en étalant sa salive sur le bout de bois puis elle m’a guidée et je ne sais pas combien de centimètres sont entrés dans mon vagin. Ma tante m’a encouragée à persévérer mais j’avais peur de me faire mal. J’étais debout sur mes doigts de pied quand, tout à coup, ma tante claqué derrière les genoux avec ses doigts, tout comme on fait pour lancer une crotte de nez et j’ai perdu l’équilibre. Ma tante m’a quand même retenue mais tout le morceau de bois avait disparu dans mon vagin. - Bravo ! Tu vois ! Ce n’était pas difficile, m’a-t-elle claironné ! Je ne sentais rien. Une de mes jambes reposait sur la traverse et au bout de mon autre jambe, ...
    mon pied était à plat sur le plancher. - Je suis fière de toi, a ajouté ma tante ! Bouge un peu ! Je me suis soulevée mais je n’avais pas de f***es et après chaque effort que je faisais, je retombais. Ma tante s’est collée dans mon dos et elle m’a caressé les seins et de son autre main, elle m’a masturbée le clitoris. Elle me soulevait aussi mais c’était pour me laisser retomber. Quand elle m’a demandé si j’ai mal, je lui ai menti. Ce n’était pas vraiment douloureux. Je n’avais pas encore compris que dans l’accouplement, c’est le vagin qui possède et pas le pénis qui prend et je me sentais prisonnière et pas maîtresse de mon destin comme quand je me prendrais avec un concombre. Ma tante a fini par me faire avoir un autre orgasme et j’ai beaucoup mouillé et quand elle m’a aidée, j’ai facilement glissé sur l’embout plusieurs fois avant de m’en retirer ——————————————————————————— J’ai sonné plusieurs fois et ma tante Annie ne répondait pas et j’ai fini par tambouriner à sa porte quand elle a fini par ouvrir. Elle était enroulée dans une serviette et sers cheveux étaient tout ébourrifés. - Ah, c’est toi, m’a fait ma tante ! C’est pas samedi prochain que tu devais venir ? Je lui ai répondu que je lui ai téléphoné hier au soir pour confirmer et que j’avais laissé un message parce qu’elle ne répondait pas. Je n’avais quand même pas fait tous ces kilomètres en autocar pour repartir ! - Entre, m’a répondu ma tante ! J’étais en train de faire la sieste ! Pour le répondeur, je me demande ...
«1234...»