1. Le tour du monde en 80 sex jours - L'afrique


    datte: 16/04/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Trixie, Source: Hds

    jusqu'en début d’après-midi puis l'hélicoptère décolla à nouveau pour les derniers 800 km. Trois heures plus tard on se posait sur un héliport privé de la zone portuaire. « Bon, nous voilà arrivé. Ce soir nous avons rendez-vous avec Bouka, il donne une petite réception. Nous te présenterons à lui, ensuite il faudra que tu te débrouilles si tu veux continuer ton périple... Mais avant, nous allons aller t'acheter des vêtements, car ce monsieur est assez spécial... tu verras. Il vaut mieux que tu sois habillée comme une Parisienne allant à une soirée huppée. Il raffole du luxe... et maintenant nous avons les moyens de t'offrir ce genre de trucs... Tu pourras acheter une petite garde-robe. » Aîe, aîe, aïe... je craignais le pire, mais je n'avais pas bien le choix ! Ils ne conduisirent dans un magasin de luxe... J'écoutais leurs conseils, pour la soirée, si je voulais attirer l'attention de ce monsieur Bouka. Je choisis une robe du soir blanche très érotique, longue avec un dos nu et un décolleté vraiment important, qui interdisait le port de tout soutien-gorge, le tissu couvrait tout juste mes aréoles. J’hésitais, puis j'essayais un porte-jarretelles blanc, un string et des bas noirs, des talons aiguilles complétèrent, mes achats. Je m'habillais entièrement pour avoir l'avis de mes compagnons. Les fentes de la robe remontaient très haut sur les côtés, laissant presque apparaître la mince attache du string, elles découvraient à chaque pas le devant de mes cuisses, laissant ...
    voir les attaches du porte-jarretelles et un morceau de chair nue au dessus des bas. Deux longs sifflements saluèrent ma sortie de la cabine d'essayage. Je sus que j'avais fait le bon choix si je voulais séduire le riche collectionneur. De retour à l’hôtel, je passais un coup de téléphone à Alfred, pour lui signaler ma position, car je doutais à juste raison que Victor ait pu me suivre, cela faisait cinq jours que j'avais commencé mon périple. Il me demanda si tout allait bien et si j'étais décidée à poursuivre mon aventure, je répondis par l'affirmative, lui précisant que pour l'instant j'avais vécu des aventures palpitantes. Le soir venu Fred et Samy vinrent me chercher et nous nous rendîmes à la résidence de monsieur Bouka. Le riche trafiquant avait l'air de nous attendre impatiemment. C'était un noir, pas très grand, assez enrobé. Des petits yeux cruels, lui donnaient l'air de quelqu'un qui ne souffre pas d'être contredit. Fred fit les présentations. « Voici monsieur Bouka, sa femme Eddah et leur secrétaire monsieur Abam... Je vous présente Trixie une jeune compatriote qui a fait un bout de chemin avec nous... - Bien, très bien dit Bouka. Vous apportez deux trésors avec vous ! Mais j'ai fait préparer un succulent repas français pour vous, vous devez mourir de faim mademoiselle. » Ses yeux faisaient sans discontinuer des aller et retour de ma poitrine à mes jambes... A chaque poignées de mains, le décolleté de ma robe avait tendance à s'écarter et dévoiler un peu plus mes ...
«1...345...11»