1. Comment j'ai fêté mon bac


    datte: 16/04/2018, Catégories: Hardcore, Auteur: michelemimi, Source: xHamster

    parcourent mon dos, depuis mon cou jusqu’à mes fesses. Je sens venir l’orgasme et demande encore à Alain de me pénétrer. Cambrée sur le lit, j’atteins un orgasme violent. Je suis secouée par des spasmes irrésistibles et hurle ma jouissance. Après avoir joui, je suis décidée à finir la soirée par une baise torride. Alain est très chaud et sa queue est magnifiquement tendue. Je me remets de l’orgasme. Sa queue bat prés de mon visage et c’est tout naturellement que je la prends dans ma bouche. J’entreprends alors une fellation comme je sais si bien les faire. Je décalotte sa verge et pompe son gland avec mes lèvres charnues, rouges et très sensuelles qui lui servent de fourreau. La musique est assourdissante et la porte de la chambre c’est entrouverte. De temps en temps, nos amis doivent entendent nos cris et les gémissements de nos ébats. Affairés à se procurer du plaisir, nous ne faisons pas attention à cette porte ouverte. Je suce avec habilitée Alain qui semble particulièrement apprécier ma pipe. Je lui gobe et lui lèche ses couilles, au grand bonheur d’Alain qui ferme les yeux de tant de douceur. Pris d’une certaine frénésie, il me prend la tête et se met à me baiser la bouche. Je suis folle et n’ai qu’une chose en tête ; prendre mon pied. N’y tenant plus, je me retourne et me mettant en levrette, je supplie Alain de me défoncer la chatte. Pas besoin d’ins****r le cochon glisse son dard palpitant dans mon vagin qui l’accueille sans peine. Je gémie sans retenue, pendant ...
    qu’Alain lime ma chatte en feu à gros coups de bite. Il se retire pour revenir à la charge très violemment, enfonçant sa verge dans ma foune trempée. «Encoooore, encoooore, encooooore» lui hurlais-je. Je me tords de plaisir et me trémousse comme une folle. Je suis si excitée par le frottement de ce membre raide sur les parois hypersensibles de mon vagin. Ses va-et-vient se font de plus en plus appuyés. Maintenant il me laboure carrément la chatte me secouant sans vergogne. Je sens arriver l’orgasme. La cochonne que je suis veut tirer un maximum de profit de cette baise torride. Je m’'genouille sur le sol, devant lui et suce à nouveau son dard, en faisant des gorges profondes vraiment infernales. Alain me demande de ne pas m’arrêter et de continuer jusqu’à ce qu’il jouisse. Je me sens d’humeur coquine pour accomplir cette tâche et je suce, pompe, lèche comme jamais. D’une main je me doigte la chatte pendant que ma fellation commence à faire son effet. Je sens dans ma bouche les spasmes annonciateurs de son éjaculation. Brusquement m’enfonçant sa queue au fond de la gorge, il se cambre et pousse un cri de jouissance. «Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii» Secoué par un orgasme fou, Alain se laisse aller en long jets crémeux que je recueille avec difficulté. Le trop plein s’échappe de mes lèvres et coule sur mes seins. Nous nous écroulons tous les deux nus sur le lit épuisés par nos orgasmes. A ce moment nous entendons des applaudissements. Tous nos amis étaient à ...