1. Ma femme offerte à des inconnus


    datte: 16/04/2018, Catégories: fhhh, fépilée, parking, boitenuit, voiture, collection, fmast, hmast, intermast, facial, Oral, nopéné, uro, fhhh, boitenuit, Auteur: Lithium, Source: Revebebe

    constamment posé sur elle. En tout cas, le pelotage devenait de plus en plus méthodique et en me déplaçant un peu sur le côté, je vis que celui qui dansait avec elle avait passé la main dans le décolleté de sa robe, lui caressant allègrement sa poitrine libre de soutien-gorge. Je décidai alors de la rejoindre, les choses s’accélérant tout de même pas mal ; j’arrivai donc détendu, un verre à la main et le lui offris. Les gars furent un peu surpris, mais ne savaient pas qui j’étais ; je me retins d’intervenir ce qui les encouragea à recommencer leur plan quelques minutes plus tard ; je me rendis compte que je bandais nettement et que mon pantalon me serrait ! Quelque chose m’empêchait de m’annoncer en tant que petit ami, ayant peur de tout stopper. En baissant les yeux, je vis que cette cochonne massait la bosse au niveau de la braguette du danseur, puis passait à celle de son pote et ainsi de suite. Elle me regardait droit dans les yeux, comme pour me dire « arrête tout si tu veux » ; mais je n’en avais plus envie ! Le comble, c’est que l’un des mecs me fit un clin d’œil en la regardant, genre « sacrée salope celle-là ! «. Se décalant, elle passa à ma queue, qu’elle massa aussi au travers de mon pantalon. Un des mecs était passé devant elle et en lui tournant le dos, et commençait de remonter sa main sous sa robe, atteignant directement sa chatte. Les gens autour de nous commençaient à remarquer la situation ; le danseur lui parla à l’oreille et la lui lécha dans la foulée. ...
    Ma chatte se retourna, toujours encombrée des trois paires de mains qui l’exploraient, et vint me voir : ils proposaient de passer boire un verre à leur voiture, apparemment copieusement fournie de bouteilles d’alcool diverses. Nous n’avons pas hésité et avons acquiescé. Nous arrivâmes quelques instants plus tard sur le parking, les oreilles bourdonnantes. Ils ne la lâchaient plus ! Ils étaient visiblement très excités et avaient envie d’aller plus loin ; j’appris sur la route qu’ils étaient Espagnols, langue que je connais suffisamment peu pour nous amener à discuter en anglais. Arrivés à leur voiture, nous leur expliquâmes que nous étions en couple, même si apparemment, ils l’avaient tous trois déjà deviné. Je discutais avec l’un des mecs, l’autre versait des verres et le danseur était accolé contre la voiture, la main fourrée entre les jambes de ma belle ; elle ne décollait pas son regard du mien, et je pouvais lire le trouble dans ses yeux ; je voyais aussi que l’alcool la désinhibait, la rendait plus sûre d’elle. Ce qui devait arriver arriva : le danseur sortit sa queue (de belle taille le salaud) afin de se faire branler. Elle s’en saisit à pleine main et le masturba vigoureusement ; à ce moment-là, je ne sais pas ce qui me prit, mais je m’approchai d’elle et relevai d’un coup sa robe jusqu’au nombril, exposant ainsi son sexe épilé à la vue de tous ; je crus qu’elle allait jouir de surprise tant cela l’excita. L’enchainement des mains parcourant son corps reprit de plus ...
«1234...»