1. A la découverte d’un monde inconnu : le cahier d’histoires (4)


    datte: 18/04/2018, Catégories: Lesbienne, Auteur: Pikatchu, Source: Xstory

    L’anniversaire de Julie Aujourd’hui c’est mon anniversaire ; dans un an, je pourrai chanter la chanson que fredonnait mon arrière-grand-mère : « On n’a pas tous les jours vingt ans, ça n’arrive qu’une fois seulement » Pour cette occasion, nous allons manger au restaurant, et après nous irons en boîte de nuit. Nous sommes tous les quatre : Jean-Mi, maman, Manu et moi. Les garçons se sont mis sur leur trente-et-un ; maman – toujours aussi élégante – a préféré une robe, mais sexy. Je me suis faite belle, « belle comme un cœur » me dit souvent Manu. Maman m’offert un jolie robe noire, courte, dos nu ; une lanière transparente relie les épaules entre elles, évitant ainsi à la robe de m’arriver en bas des pieds au moindre mouvement. Un profond décolleté souligne ma poitrine en pleine croissance. Le bas, léger comme une plume, vole facilement, risquant de découvrir mes rondeurs non masquées par un petit string en dentelle noire. Un châle tricoté avec amour par mamie, jeté sur les épaules, me protège de la fraîcheur. Aux dires de Jean-Mi, le seul restaurant du notre village n’étant pas à la hauteur de l’évènement, nous roulons en direction de la ville. Nous pénétrons dans un restaurant décoré avec goût. L’ambiance y est douce et tranquille ; le sol moquetté incitant à la relaxation, nous parlons à voix basse. La serveuse souriante, belle et bien habillée (minijupe noire et chemisier blanc à peine transparent) nous demande de sa voix douce de la suivre ; elle nous installe à une ...
    grande table ronde ornée de fleurs. Dessus, une étiquette marquée « réservé » ; quatre couverts dressés avec élégance attendent notre arrivée. Nous nous installons, maman face à moi, les garçons de chaque côté de nous. Le velours du siège caresse mes fesses nues. La serveuse nous propose un apéritif ; Jean-Mi demande du champagne. Le temps que la serveuse revienne, maman sort de son sac un paquet, se lève et vient me le donner, accompagné des traditionnels « Bon anniversaire ! », bisous et tout. Manu et Jean-Mi font de même. Je déballe mes cadeaux. Dans la boîte de maman, un magnifique piercing nombril en forme de papillon ; de petites pierres comme des diamants prolongent une chaînette en or. Je suis ravie : je piaffais d’impatience à l’idée dans avoir un. Dans le petit coffret de Manu, un pendentif en or en forme de cœur sécable et deux chaînes. Sur une partie, un « J » ; au dos : « Toujours ». Sur l’autre partie, un « M », et au dos « Amour ». Je tremble de bonheur à tel point que je n’arrive pas à extraire le bijou de l’écrin. Manu vole à mon secours, prend le pendentif, le sépare en deux, me passe autour du cou celui avec le « M » et « Amour ». J’arrive à me maîtriser pour lui passer l’autre, et nous nous embrassons avec passion, les yeux humides, avec des « Je t’aime, je t’aime » Maman et Jean-Mi me paraissent aussi émus. Ils s’embrassent tendrement en se tenant par la main comme deux ados ; enfin, comme Manu et moi. La serveuse nous sert le champagne. — Bon anniversaire, ...
«1234...»