1. Mon épouse, Emmanuel et Jennifer


    datte: 20/04/2018, Catégories: ffh, frousses, Collègues / Travail, Collègues / Travail, Oral, Oral, pénétratio, jouet, hff, Oral, Auteur: Honey_lover,

    C’est encore moi, Kevin. Je vous ai appris comment j’avais découvert que mon épouse n’était pas aussi coincée qu’il n’y paraissait. Le soir même de cette découverte, en rentrant à la maison elle a subi de bonne grâce une agression en règle où, je le reconnais humblement, les préliminaires avaient été, une fois n’est pas coutume, aux abonnés absents. Pris d’une folle envie de me réapproprier son corps, je lui ai fait l’amour comme si c’était la dernière fois, sans qu’elle comprenne la raison réelle de cette débauche sexuelle. J’avais en tête le récit d’Emmanuel qui décrivait Allison en train de jouir, léchée par sa copine avec ses doigts fourrageant son intimité alors que lui, branlé par la main experte de ma femme, zébrait de sperme son visage et sa poitrine. J’avais aussi en mémoire des gestes de Jennifer sur la croupe et les reins d’Allison, beaucoup moins innocents qu’il n’y semblait, à la lumière de ce que j’avais appris, et me permettant de me demander si cette liaison ne se poursuivait pas, ne serait-ce qu’occasionnellement. Emmanuel m’avait promis de ne rien me cacher des moments passés avec mon épouse et il a tenu parole, alors que nous nous étions donnés rendez-vous chez lui, histoire de me présenter à sa jolie rousse, Abby (Abigaëlle de son vrai prénom). Elle était au courant de son histoire avec Allison mais je la sentis excitée d’en connaître les croustillants détails. Elle voulut absolument entendre le récit promis, sûre que ce serait une excellente mise en ...
    bouche. C’est ainsi qu’Emmanuel, amusé par notre excitation, commença la deuxième partie de ses confidences, confortablement installé dans le grand canapé, Abby et moi face à lui dans les deux autres fauteuils du salon. ooooOOOOoooo Allison, nous dit-il, était plutôt contrariée d’avoir été piégée par Jennifer et moi. Elle nous faisait la gueule, évitant de se retrouver seule avec nous et ne nous parlant que dans le cadre du travail ou pour échanger les banalités journalières. La fellation dont m’avait gratifié ton épouse - enfin, ta future épouse - loin de m’avoir calmé au motif que j’étais arrivé à mes fins, m’incitait à renouveler l’expérience, d’autant que je n’avais pas pu faire connaissance avec l’antre du plaisir. Je relançais régulièrement Jennifer qui, bien que réticente compte tenu de la manière dont avait réagi Allison, finit par lui proposer un tête-à-tête pour mettre les choses à plat, m’assurant qu’il valait mieux adopter le profil bas en attendant et voir venir. Allison, à court d’excuses, finit par accepter mais en terrain neutre. Elle proposa le centre sur l’heure de midi pendant la fermeture. Nous serions tranquilles et personne ne viendrait nous déranger. Tout le monde accepta et c’est ainsi qu’un midi, dès les portes fermées, Allison, Jennifer et moi nous nous sommes retrouvés. Je parlai le premier et expliquai à Allison que tout était de ma faute et que j’avais entraîné Jennifer dans cette histoire un peu malgré elle. Sa beauté m’avait fait flasher sur elle ...
«1234...»