1. Première rencontre


    datte: 23/04/2018, Catégories: ffh, hplusag, couleurs, Collègues / Travail, collection, soubrette, Voyeur / Exhib / Nudisme, BDSM / Fétichisme, occasion, bourge, Auteur: Ysan, Source: Revebebe

    Ysan, c’est moi, artiste peintre au talent reconnu. Quarante ans, dans la force de l’âge, je suis parait-il un très bel homme, c’est en tout cas ce que disent les femmes. J’habite Paris dans un vaste loft dominant le bois de Boulogne et c’est là que je travaille. Je ne vis pas seul. Il y a auprès de moi Fatima, ma servante depuis plus de dix ans. Fatima est une superbe Ivoirienne de trente ans, beauté sculpturale, profil de médaille, pureté de sa race. C’est elle qui s’occupe de tout dans la maison, mais au fil des ans elle est devenue bien plus qu’une simple servante. Elle est ma confidente et même ma complice et ne se prive pas de donner son avis sur tout : ma peinture, mes relations, mes maîtresses : — Maître, la toile que vous venez de terminer ne me plaît pas du tout Maître vous sortez avec une fille trop moche pour vous Et maître ceci Et maître cela. Il en est ainsi à longueur de journées, ce qui m’amuse. Un jour elle avait entendu l’une de mes admiratrices assez snob m’appeler « maître ». Impressionnée par ce vocable prétentieux, Fatima avait décidé de l’utiliser elle aussi. Fatima n’éprouve aucune antipathie envers mes maîtresses, au contraire il lui arrive de participer à nos jeux amoureux et son avis sur mes nouvelles conquêtes est toujours pertinent. Et puis Fatima a une collection d’amants impressionnante, elle aime bien me raconter ses aventures. Tous ses compatriotes de passage à Paris savent qu’elle ne se fera pas prier pour leur offrir ses charmes. Dans ...
    l’appartement, elle est généralement nue sous sa blouse de travail, mais lorsqu’elle attend l’un de ses amants, alors elle a des bas rouges et le porte-jarretelles assorti. Souvent je la taquine : — Alors Fatima c’est un ancien ou un nouveau que tu attends aujourd’hui ?— Un nouveau, maître, il arrive du pays. Le pauvre, il n’a pas fait l’amour depuis longtemps sans doute. Il doit être engorgé. Il paraît qu’il a une bite énorme comme je n’en ai jamais vue. S’il m’encule vous allez m’entendre crier mais ce sera bon !— C’est bien, Fatima, de soulager tes compatriotes, tu es un bon petit soldat de l’amour. Le studio où elle vit jouxte mon atelier et en travaillant j’ai alors pour fond sonore les ébats amoureux de ma servante, ce qui ajoute au trouble de la jeune femme qui pose nue devant moi. À une époque où l’art abstrait est à la mode, je pratique une peinture figurative que les critiques ont baptisée « le lyrisme onirique ». Très influencé par Klimt, je peins essentiellement des femmes dénudées dans un foisonnement de décors bucoliques ou néoréalistes, suivant l’humeur du moment. J’expose dans les plus grandes capitales et mes toiles se vendent à prix d’or. J’ai beaucoup d’admiratrices et même les plus belles, les plus riches, les plus célèbres, sont prêtes à toutes les compromissions pour avoir l’honneur de poser nues dans mon atelier, et là, elles n’hésitent pas à libérer tous leurs fantasmes. Pour certaines c’est le fantasme de la prostitution. Je les déguise : bas résille, jupes ...
«1234»