1. FLORENCE


    datte: 26/04/2018, Catégories: Anal, Masturbation, Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: MarcAngelique,

    Florence est une femme qui se la joue timide et se dévoile pendant la baise. Tu l’invite à diner, elle n’ose pas parler, elle t’écoute comme si tu étais le messie en ayant du mal à te regarder dans les yeux. Mais si tu lui mets la main au cul ou lui tripotes les seins, elle se met à roucouler et dés que tu lui faufiles la main dans la culotte, elle devient une enragée de la bite. Et là elle te regarde droit dans les yeux, en suçant elle à les yeux dans les tiens et plus tu la fixe du regard en train de s’avaler la queue plus elle se met à sucer comme si ce n’était plus une vulgaire grosse chienne. C’est une copine qui me l’avait présenté, Florence était seule depuis un moment, son mec l’avait plaqué car elle avait eu une aventure avec un autre mec, depuis presque un an elle n’avait pas eu de rapports sexuels et je dois dire qu’elle était en manque. Quand elles sont entrées au restaurant, j’ai de suite flashé sur ses grands yeux et la féminité qu’elle dégageait. Une longue chevelure blonde, un visage doux et une certaine élégance. Pendant le repas elle n’avait pas du aligné plus de 100 mots, mais en partant elle m’a juste dit si tu passes vers chez moi appelle moi et vient prendre le café. J’ai pris son numéro de téléphone et deux jours après je passais délibérément dans son quartier pour aller vérifier que cette invitation était bien d’ordre sexuel. J’avais téléphoné la veille et elle m’invitait à manger le soir, je me suis fait tout propre et tout beau et à 19h j’étais sur ...
    le pas de sa porte. Elle avait travaillé sa tenue pour me recevoir. Si la première fois je n’avais pas pu bien voir ses formes sous sa jupe longue et sa veste, là je ne pouvais rien rater. Un caleçon noir ultra moulant qui dévoilait un cul de compétition, un peu large, rond et semblant être ferme. En haut un tee shirt moulant lui aussi qui prenait de la valeur avec ses beaux seins tout compressés dedans, pas un pet de ventre et toujours cette gracieuse élégance... On a pris un petit apéro, pastis pour tout les deux, elle se levait régulièrement pour gérer la cuisine et d’où je me tenais je pouvais contempler son cul à mon aise. En train de préparer son entré dos à moi à trois mètres de mes yeux de mateur, je détaillais son cul avec insistance, je suis sur qu’elle le savait et que cela l’excité. Le plus beau c’était quand elle se penchait pour regarder dans le four, là son cul m’explosait carrément à la gueule et dans ma tête je me voyais déjà en train de lui baisser son caleçon long et le lui bouffer tout cru. Elle était bien plus bavarde et n’arrêtait pas de me poser des questions, les pastis ont défilés et l’ambiance et devenu plus érotique quand assise à coté de moi, pendant un silence, j’ai senti chez elle comme une envie de se faire embrasser. J’ai glissé ma main derrière sa nuque, j’ai approchais ma bouche de la sienne et on c’est roulé une pelle qui a fait frissonner ma queue. Là, complètement détendu et s’ans même lui laisser le temps d’apprécier la saveur de ma langue ...
«1234...»