1. Le blé à moudre (3)


    datte: 01/05/2018, Catégories: Inceste, Auteur: Anthynéa, Source: Xstory

    Cette fois, il est sûr que Rose a compris. Mais elle ne fait aucune allusion à l'incident. Revenir dessus n'est pas si simple. Daniel baisse les yeux quand elle croise son regard et il se sent, les semaines qui suivent, de plus en plus décontenancé. Rien, pas un mot, pas un geste, le grand bide en quelque sorte. Si au moins elle avait une réaction violente, du genre colère ou un truc comme ça ! Mais là, pas un mot plus haut que l'autre, pas un pas pour lui indiquer si elle serait d'accord ou non. Il est perdu dans cette incertitude, n'osant pas provoquer davantage le destin. Les vacances qui commencent ont un gout d'amertume et il se terre le plus possible, loin de l'objet de ses envies. C'est atroce d'être ainsi déchiré par des sentiments si contradictoires. La tête et le corps ne sont plus en harmonie et le désespoir guette un Daniel qui n'entrevoit aucune issue à son dilemme. Il évite même les repas. Il est ce matin sur son lit quand elle frappe à sa porte et entre dans sa chambre. Elle est habillée pour sortir. — Je sors mon chéri ! Il y a de quoi déjeuner dans le réfrigérateur. Tu vas bien ? Je te trouve... étrange depuis quelque temps ! Tu n'as pas de souci au moins ? — Non ! non, maman... Daniel a menti instinctivement. Il ne peut tout de même pas lui jeter à la figure son envie. C'est encore plus vrai quand il détaille sa manière d'être vêtue ce matin. Une jupe passée sur des bas qui soulignent le galbe de ses mollets, et un chemisier qui se tend sous la pression de ...
    ses seins. Un appel à l'amour, un furieux cri comme un hymne au sexe. — Je peux savoir où tu vas ? — ... ? La question vient de la surprendre. Plus sans doute par le ton que par la réponse qu'elle appelle. Son fils a dans l'intonation, marqué comme une désapprobation, un reproche. Elle n'oppose à cette demande que son sourire et Daniel doit se contenter de ce dernier. Mais alors qu'elle est à peine au fond du couloir, il saute lui aussi dans ses vêtements, pour suivre cette maman qui sort. Avec mille précautions, des ruses de Sioux pour ne pas se faire repérer, il file cette silhouette qui marche tranquillement, sans même se retourner. Sur la place du marché, il voit Rose qui avance vers un bar. Elle y rentre et au fond, assise, la femme avec qui... il l'a vu dans sa chambre, il y a quelque temps déjà. Les deux femmes se sont embrassées sur la joue et il voit cela de loin. Le garçon doit se replier et se cacher alors qu'elles viennent de sortir. Sur le trottoir à quelques dizaines de mètres de ce curieux qui leur emboite le pas, les talons claquent en cadence. Elles finissent devant l'entrée d'une jolie maison. Un petit chemin gravillonné serpente à partit des grilles qu'elles viennent de franchir, pour avancer vers une demeure toute en longueur, sans étage, aux fenêtres équipées de volets bleu marine. Le jeune homme les regarde disparaitre, happées par une porte qui se referme sur elles. Il hésite un long moment, puis en croisant la pelouse pour se rendre aux abords de la ...
«1234...7»