1. La fraternité du Sybian (4)


    datte: 06/05/2018, Catégories: Inceste, Auteur: yug99,

    Chapitre 4 Ce matin, nous partons tous les trois vers l’aéroport attendre le retour de Mélissa, la sœur jumelle de maman. Il y a bien cinq années qu’elle était partie vivre en Thaïlande. Les deux sœurs sont jumelles, mais pas identiques. Physiquement, elles se ressemblent en toust points et quiconque ne les connaît pas bien les confond aisément, mais comme caractère, elles sont vraiment très différentes. Mélissa est une artiste. C’est une personnalité excentrique et extravertie, je l’apprécie beaucoup. Elle possède ici, un joli chalet sur le bord d’un lac. J’y ai passé plusieurs étés de ma jeunesse, jusqu’à mes 15 ans. Puis elle a décidé de partir vivre à l’autre bout du monde. Mélissa et maman sont sœurs, mais ne se sont jamais vraiment bien entendues, elles ont toujours eu des relations tendues à mon sens. Maman semble reprocher plein de choses à sa sœur, mais je ne connais pas le fond de l’histoire. Je dois reconnaître que Mélissa a toute une personnalité et qu’elle n’a aucune retenue. Elle dit tout haut ce qu’elle pense, sans égard pour la personne devant elle. Discrète et respectueuse, maman ne m’a jamais parlé en mal d’elle, mais j’ai cru comprendre, en surprenant des bribes de conversations discrètes entre maman et papa, qu’elle la trouve, entre autre, un peu volage. Sortant des grandes portes avec sa valise, je la vois apparaître avec un grand sourire, nous cherchant quelques instants du regard, puis d’un coup d’œil rapide, reconnaît maman. On voit à son habillement, ...
    son côté excentrique. Vêtue d’une jupe assez courte, d’un t-shirt non pas serré, mais beaucoup trop court, laissant bien voir son nombril, sous lequel on peut facilement distinguer sa poitrine nue. Ce sont surtout ses nombreux bijoux qui me frappent et le fait qu’elle marche pieds nus, tenant ses petites sandales dans sa main. Pressant le pas, elle saute dans les bras de maman en l’embrassant, puis fait un modeste signe de la tête en regardant à peine papa. Se tournant vers moi, les bras à moitié ouvert, elle me détaille en disant : « Je n’en reviens pas ! Nicolas ? » Puis elle me serre fortement dans ses bras en tentant de me brasser comme une poupée de chiffon. « Je n’en reviens pas ! Il est rendu grand et beau comme un Apollon ! Dit-elle, en regardant sa sœur. .. Allez ! Soulève-moi pour me montrer ta force ! » Me dit-elle, sans jamais relâcher son étreinte. Je la soulève et la fait pivoter, frappant presque les gens qui nous entourent des ses pieds. « Wooohoooooo ! Crie-t-elle, en tournant sur elle-même. – Bon ! Assez Nicolas ! Dit maman. .. Il y a des gens autour ! » Rajoute-elle. Reposant Mélissa au sol, nous allons vers la voiture. Mélissa, tend la valise à papa sans ne vraiment rien lui demander, puis marchant à mes côtés, toujours pieds nus, me tient la main. La foule nombreuse et bruyante que nous croisons, me fait réaliser que beaucoup de gens nous regardent, elle et moi ensemble. Mélissa me passe même la remarque. « Héhé ! Regarde, ils sont jaloux de te voir avec ...
«1234...9»