1. Méditation avec maman (1)


    datte: 08/05/2018, Catégories: Inceste, Auteur: Incestman09, Source: Xstory

    Jeanne avait invité sa sœur, Claire, et son fils, Max, à venir boire un verre chez elle. Claire lui avait raconté les problèmes qu’ils avaient en ce moment : ils semblaient de moins en moins se comprendre et se disputaient de plus en plus : « - On était encore très proche, il y a encore quelques années, expliqua Claire. Je ne sais pas d’où ça vient tout d’un coup. - Je sais exactement ce qu’il vous faut, dit Jeanne. » Jeanne, c’était un peu l’oiseau libre et sauvage de la famille. Ayant grandie dans les années 60, c’était maintenant la quarantenaire hippie typique, qui croyait au chakra et à l’énergie vitale, adepte du New Age, de spiritualités et autres mysticismes venus d’Orient. Elle avait le visage calme, toujours souriant, assez anguleux – il faut dire qu’elle était plutôt fine. « - Je vous propose une petite expérience, commença-t-elle. C’est un petit exercice très populaire dans certaines tribus d’Asie et très efficace ! Ça permet de relâcher la pression, de se détendre complètement et donc de mieux communiquer avec l’autre, de mieux exprimer ce qu’on ressent au fond de nous-mêmes. J’ai déjà utilisé cette technique avec Bruno, auparavant. » Savoir que cela avait marché pour sa sœur et son propre fils avait emballé Claire. Max, lui, haussait les épaules : c’est toujours mieux que d’aller voir un psy, se dit-il et il accepta. « - Venez, fit la tante, on va faire ça à l’intérieur, il faut un peu trop chaud ici. » Ils se retrouvèrent tous les trois dans une salle zen aux ...
    couleurs à la fois reposantes et chaudes. Des poufs étaient installés un peu partout, de l’encens brûlait dans un coin et un grand lit à ras du sol était au centre de la pièce. Sur le côté, il y avait trois grandes baies vitrées entrouvertes, une persienne était descendue de moitié pour abriter la pièce de ce dur soleil du mois de juillet, tout en permettant tout de même une circulation de l’air. Jeanne prit alors une fiole sur l’armoire, elle leur dit d’en boire une cuillère chacun, que cela libérerait leurs sens. Son goût était sucré, trop sucré et assez fort en bouche. En attendant que cela fasse effet, la tante leur avait fait enlever leurs chaussures et les avait fait s’asseoir sur le lit. Elle était en face d’eux, assise sur un des poufs, en position du lotus. Elle leur faisait bouger le cou doucement, puis les épaules, les bras, les mains. Pendant qu’ils faisaient ces petits gestes d’assouplissements et de relaxation, une vague de chaleur et de bien-être parcourut leurs corps. Leurs cœurs se mirent à battre plus vite : Claire ressentit comme une envie, comme un appétit, un désir jusque dans ses reins. Quant à Max, ses joues rougissaient et il affichait, malgré lui, au travers de son short, une puissante et incontrôlable érection. Tous leurs sens s’étaient comme décuplés. Malgré cette nouvelle vigueur de leurs esprits, ils étaient plutôt calmes. Jeanne leur avait fait fermer les yeux et d’une voix qui rassure et qui guide, elle leur dit : « - Petit à petit, je veux que ...
«1234...7»