1. Zone humide


    datte: 09/05/2018, Catégories: fhh, hagé, hotel, collection, Oral, pénétratio, Auteur: Inanna,

    Résumé des épisodes précédents :Une jeune fille, Justine, a fait au cours de ses vacances en Bretagne la connaissance de Philippe, un officier de marine à la retraite assez âgé pour être son grand-père. C’est entre ses bras qu’elle a découvert de manière très progressive les plaisirs de l’amour pour finalement, l’année suivante, lui offrir sa virginité :Bois flottéRetrouvaillesRédemptionProdromePrécieux interditCoitus reservatusLingam et YoniSe retrouvant seule dans une ville où elle poursuit ses études et désirant se changer les idées en effectuant des petits boulots, elle répond à l’annonce d’un veuf – retraité et en convalescence – qui « recherche une compagnie plaisante pour assurer divers travaux domestiques ».Peu à peu, leurs relations prennent une tournure érotiqueSpleenAdieu, mélancolieLes liens entre Justine et le retraité s’étant délités peu à peu, ils se séparent d’un commun accord. La jeune fille s’inscrit sur un site de rencontres sous le pseudonyme d’Inanna.InannaPetite mort __________________________ Cette première véritable incursion dans l’univers du dévergondage avait vivifié ma lubricité naissante et conforté mon désir d’explorer de nouvelles perspectives. De retour dans ma chambre étriquée d’étudiante, le palais encore empli d’une tenace saveur, le souvenir de Philippe refaisait naturellement surface. Préservée de tout préjugé, prendre son sexe dans la bouche ne s’était nullement avéré repoussant. Depuis ce surprenant instant où il m’avait – ...
    involontairement – révélé ma disposition à recevoir la jouissance de l’homme et à en goûter la vigoureuse libération, je n’avais plus qu’un souhait : renouveler cette pratique et en augmenter la fantaisie. Les courriers électroniques échangés avec Denis devinrent plus nombreux et d’une teneur à faire frémir le plus égrillard des sybarites. La teneur de ces croustillants messages ne s’élevait plus que rarement au-dessus de la ceinture, mais mon attrait de plus en plus impérieux pour la sexualité me faisait braver ces turpitudes sans le moindre ressentiment. Je devais ainsi lui avouer – autant qu’à moi-même ! – un singulier engouement à extirper la semence mâle directement à sa source. De plus, l’impudique exposition de mon corps, la sensation de la douce caresse de sa langue fouillant les tréfonds de mon intimité avaient émoustillé ma bouillonnante imagination érotique. Ma chair voluptueuse désirait renouer promptement avec le plaisir des sens. Il fut convenu de se retrouver dans des conditions plus propices à un horizontal batifolage. Je lui laissai toute latitude pour organiser la rencontre et nous nous accordâmes aisément sur une date. Il me confirma la réservation d’une chambre d’une chaîne hôtelière bien connue et se promit de m’y conduire depuis l’endroit de notre premier rendez-vous. À l’approche de la date prévue, notre communication devint de plus en plus brûlante jusqu’à ce qu’il me soumette l’inconcevable : il avait un de ses amis, également divorcé, qui « n’ayant pas connu de ...
«1234...9»