1. Enseignement à risques (1)


    datte: 11/05/2018, Catégories: Hétéro, Auteur: TheExplorer, Source: Xstory

    CHAPITRE : Le piège La classe est silencieuse. Selon l'expression consacrée, on entend les mouches voler. Aujourd'hui, je rend à mes élèves leur devoir de fin d'année, consistant à disserter sur la place du sexe dans les rapports homme/femme au niveau sociétal. J'éprouve toujours un sentiment de supériorité, presque de sadisme, en marchant à travers les rangs pour distribuer les copies corrigées. En général, les verdicts sont sans surprise: il y a toujours ces cancres résignés qui voient, sans sourciller et sans surprise, la feuille marquée d'un E ou d'un F tomber sur leur pupitre. C'est mon instant de vengeance contre les élèves dissipés qui pourrissent mon cours. Et ma notation, sévère par essence, l'est encore plus envers eux. Et puis il y a ces élèves sérieuses, comme Eva et Emilie. Toujours au premier rang, d'une assiduité sans faille et dont les copies sont un plaisir à corriger. Le genre de futures cadres qui iront loin, tant parce qu'elles ont la discipline et l'intelligence qui sied aux grandes carrières, que parce que leur beauté mettra tous les employeurs à leurs genoux. Qui ne rêverait pas d'une jeune collaboratrice alliant à ce point la grâce et l'esprit? Ces deux talentueuses élèves, qui ont suivi mon cours de Sociologie du Sexe avec intérêt pendant toute l'année, sont de véritables bourreaux de travail, abonnées permanentes à l'excellence. Emilie, en particulier, peut se vanter de n'avoir sur son bulletin que des A, variant entre le A+ ou le A- selon que ...
    son devoir ait été parfait ou "seulement" admirable. Emilie ne vit que pour ses résultats scolaires. L'on dit même, en salle des profs, qu'elle a atterri chez la psychologue en frôlant le burn-out. Sa seule et unique amie, Eva, est moins acharnée, mais ses résultats restent plus qu'honorables. Plus âgée et mature que la moyenne de la classe, car ayant repris ses études, elle semble être la seule à comprendre et à respecter la frénésie qui pousse Emilie à exceller au-delà du supportable, sous les quolibets fréquents de ses camarades jaloux et avides de casser la petite intello du cours. Eva accueille son B+ avec un large sourire, et je profite de mon passage à son pupitre pour jeter un œil à son uniforme décolleté. La vie de prof a ses bons côtés, surtout quant on met ses scrupules déontologiques de côté à la vue de jeunes seins galbés. C'est avec un œil traînant vaguement sur la poitrine de sa voisine que j'attribue à Emilie un B+ tout aussi mérité. Mais un hurlement m'arrache à mon discret voyeurisme. Le visage crispé d'une colère noire, Emilie n'en croit pas ses yeux. Elle hurle: "B+!!!! B+!!!! CE N'EST PAS POSSIBLE!!! JE N'AI PAS B+!!!!" Peu habitué à ce que la jolie et discrète étudiante trouble le cours, je la tempère: - "Allons, allons Emilie, qu'est-ce qui ne va pas?" "JE N'AI PAS B+!!! CE N'EST PAS POSSIBLE!! J'AI FORCEMENT UN A!!! Vous avez oublié des points!! C'est certain! Je devais avoir un A+! Vous le savez que je devais avoir un A+!!" dit-elle en déchiffrant ...
«1234...7»