1. 6 - Le parking des Anges


    datte: 13/05/2018, Catégories: ff, hbi, hplusag, jeunes, grossexe, parking, Oral, hdanus, hsodo, Auteur: Rollerbi,

    Résumé de l’épisode précédent :J’entretiens depuis quelques semaines une relation sexuelle très osmotique avec Patrick. Environ une fois par semaine, nous nous rencontrions pour de brûlantes étreintes, le plus souvent chez lui. Nous n’avions plus de secret l’un pour l’autre, mais pourtant une très forte complicité nous unissait. Avant de le rencontrer, je « consommais » du sexe au coup par coup ; je ne ressentais pas le besoin de lier amitié avec un mec, et aucun ne me faisait véritablement vibrer, en tout cas pas au point de ne plus pouvoir me passer de ses services. Patrick était unique. Élégant, prévenant, fidèle, attentionné mais aussi inépuisable, puissant, joueur, doté d’un sexe monstrueux. À l’idée de le retrouver mes sens s’emballaient. Non, je n’étais pas amoureux de lui, mais de sa personne. En fait, nos corps se réclamaient, et chaque rencontre nous donnait pleine satisfaction. Tous les éléments nécessaires pour sombrer dans l’addiction étaient réunis. La pénétration anale devenait chaque fois plus facile, mon anus semblait s’être forgé à son gabarit. Son prodigieux sexe me faisait jouir à chaque sodomie ! De moins en moins de lubrifiant était nécessaire, la plupart du temps, nous nous en passions ; d’autant plus que nous n’utilisions pas de préservatif. Un peu de salive, sa langue et un bon usage de ses doigts pour me décontracter suffisaient amplement. Avant chaque rencontre, je me préparais pour lui, surtout pour le recevoir sans désagrément. Je m’épilais ...
    soigneusement, pratiquais un bon lavement et glycérinais mon rectum. Il adorait me prendre, je passais systématiquement à la casserole et en redemandais ! J’arrivais maintenant à ouvrir la bouche suffisamment grand pour lui en tolérer le plein accès, avec comme seule limite la longueur de son membre ! J’étais néanmoins parvenu à le faire jouir quelques fois « sans les mains », sauf bien sûr un doigt ou deux entre ses fesses. Bref, j’apprivoisais la bête de mieux en mieux, et prenais énormément de plaisir à m’occuper de lui. Depuis Stéphane, « mon premier mec », celui qui m’avait initié au sexe entre hommes, j’adore le sperme. Il s’agit pour moi de l’ultime récompense pour de bons et loyaux services. Je ne pense pas être passif pour assouvir ma part de féminité. En tous les cas, je ne me sens pas du tout femme lorsqu’un homme va-et-vient entre mes lèvres ou mes reins. Cela me permet simplement de ressentir des choses qu’aucune femme ne peut m’offrir. Naturellement, je trouve légitime que mon amant jouisse en moi, qu’il puisse arriver à l’apogée de son orgasme en moi et répandre son précieux liquide. Un soir où nous voulions aller voir un film dans un ciné de la ville, nous avions presque une heure d’avance sur la séance. Nous étions dans sa voiture, et histoire de « tuer le temps », je lui proposai de nous isoler, ne pouvant résister à l’envie de lui offrir une petite gâterie. Nous sommes allés nous garer dans un petit coin tranquille. Son siège en couchette, il dégrafe son pantalon ...
«1234»