1. La tentation d'Adèle (10)


    datte: 13/05/2018, Catégories: Lesbienne, Auteur: adèle, Source: Xstory

    Rachel m'avait fait couler un grand bain chaud et parfumé aux fragrances de pêches de vigne. Idéal pour me remettre les idées en place. —Je t'ai préparé ton pyjama sur la table basse. Prends ton temps! Je dois discuter sérieusement avec Cécile. Je me laissai glisser dans l'onde apaisante. Impossible de rafraîchir l'écran. Le visage d'ange de Cécile avait marqué ma rétine à jamais. Que devait-elle penser de moi? Probablement exactement la même chose que moi et qui me répugnait. D'oie blanche, je m'étais muée en fille facile en deux coups de cuillère à pot. A croire que Rachel m'avait ensorcelée pour que je m'abandonne si vite jusqu'à tomber si bas. Elle ne me lâchait pas d'une semelle depuis notre rencontre. Son regard salace me bouleversait et m'attirait comme un aimant. Dès qu'elle me touchait, ses mains adroites me faisaient renier toutes mes bonnes résolutions de jeune fille sage. On prend vite goût aux plaisirs de la chair. En bas, la guerre faisait rage entre Cécile et Rachel. Je ne devais pas être étrangère à leur différent. J'enfilai le pyjacourt archi court que Rachel m'avait offert. Sur la desserte posée près de la baignoire d'angle, paradait un grand sac brun contenant le sac Delvaux de mes rêves avec sa pochette assortie. C'était trop. Je dévalai les escaliers quatre à quatre, mon sac en bandoulière, pour tomber le spectacle ahurissant de deux amies qui se battaient pour moi. —C'est quoi, ça? —Cadeau ! Je te l’avais promis. —Je ne sais pas si je dois accepter ...
    tes largesses, Rachel. Je ne le mérite pas. Je vais te parler franchement. Ce sac est magnifique mais c'est un peu comme si tu achetais ma complaisance. —Le début de ta complaisance, mon bébé. Je plaisante. As-tu ouvert ton sac? Le body transparent que je découvris m'ébranla au point que j'en restai coite. —Tu le mettras demain pour réviser avec Cécile? Pour Cécile, je me serais jetée du plus haut pont du Luxembourg. J'avais plus que craqué pour elle. —Peut-être, je verrai. Où puis-je aller me coucher? Rachel allait me proposer son lit quand Cécile la coupa sèchement. —Je te laisse ma chambre si tu promets de ne pas chipoter mes armoires. —Et tu dormiras où? —Dans la suite royale que Rachel t'a louée. J'avais à peine le dos tourné que les engueulades reprirent de plus belles. Laissez-moi cinq minutes et Arsène Lapine va vous retourner la chambre aux mille secrets! Ce que je vis dans le premier tiroir me glaça. Un véritable arsenal de persécutrice confirmée. Fouets, chaînes et pinces diverses s'entassaient sur plusieurs couches. Le craquement des pas d'une espionne sur le parquet m'alerta. Vite, d'abord éteindre la lumière. Ensuite, se jeter dans le lit. Crise de tachycardie. La porte s'ouvre et une ombre silencieuse s'infiltre dans la pièce. Un corps brûlant se glisse sous les draps. La couverture se soulève et la chaleur intense d'une femme parfumée diffuse entre mes cuisses. Je ne bougerai pas puisque je dors. Une langue incandescente déplisse lentement mes pétales et ...
«123»