1. Ce n'était qu'une simple soirée (19)


    datte: 14/05/2018, Catégories: Hétéro, Auteur: fantaflo,

    J'ai donné rendez-vous à Vanessa à 21h sur le trottoir du rond-point face à l'entrée de l'entreprise. La route n'est pas des plus fréquentées le soir, mais tout de même. En cinq minutes, il devrait au moins y avoir quinze à vingt voitures qui traverseront le giratoire. De mon côté, je reste derrière la porte d'entrée, vitrée. Vanessa ne me verra pas et je serai à moins de cinq mètres d'elle. A 20h55, j'aperçois Vanessa qui descend la rue. Elle porte un long trench beige qui dissimule sa tenue. Elle a dû venir en transport en commun. Elle porte un sac dont je suppose qu'il contient la tenue dans laquelle elle a quitté la maison. Je suis curieux de savoir où est-ce qu'elle s'est changée Vanessa arrive devant la porte. C'est fou, elle est à deux mètres de moi, à peine. Elle regarde son smartphone et à 21h pile, elle retire le manteau. Sa tenue me coupe le souffle. La vendeuse avait raison, la jupe est incroyablement courte, une très large ceinture en fait. Le gros cul de Vanessa déborde de partout, on voit sa raie, les jarretelles. En haut, le bustier est trop petit et on voit ses seins jusqu'au bout. Mais elle a osé. Je n'en reviens pas. Deux voitures klaxonnent en passant. Elle se tourne, l'air triste. Cela ne l'amuse pas. J'ouvre la porte. - Vanessa ! Viens. Elle accourt sur ses immenses talons. Je referme derrière elle. - Je suis désolé. Excuse-moi pour ces vêtements. - Le souci, ce n'est pas les vêtements, c'est la taille ! Tu as pris du S ! - Effectivement. - Tu aurais ...
    pris du L, je restais une heure sans problème ! Elle éclate de rire et m'embrasse avec fougue. J'ai déjà envie de la sauter. Elle doit le sentir. - J'ai toute la nuit. Pour mes parents, je dors chez Jenni qui pense que je suis chez Walter. Nous entrons dans l'entreprise. Les locaux ne sont pas très grands et la visite est assez rapide. A gauche, les bureaux de mes collègues; à droite, secrétariat, comptabilité, RH, direction; au fond, trois salles de réunion dont la plus petite sert de salle de pause. A part les salles de réunion et celle du patron, tout est vitré. Vanessa rit : - J'espère que tu ne veux pas qu'on baise sur tous ces bureaux quand même. - Ce n'est pas l'envie que manque, mais ils sont censés êtes tous fermés à clef. J'invite Vanessa à aller dans mon bureau et les préliminaires débutent immédiatement. Baiser dans mon bureau, sur mon lieu de travail. J'ai fantasmé si souvent sur une secrétaire ou une assistante, les prendre au milieu des dossiers et autres courriers de clients. Au moment où je pénètre une Vanessa assise jambes écartées, les fesses quasi sur mon clavier, je suis au paradis. Un peu plus haut encore, quelques minutes plus tard quand, assis dans mon fauteuil, je bouffe littéralement le cul de la jeune femme, la langue plantée dans son anus. Je la sodomise ensuite, debout contre mon bureau. Plaisir absolu, un nirvana. Vanessa aimerait un peu plus de fougue, mais je savoure tellement Une semaine auparavant, je dépucelais cette timide jeune fille dans un ...
«123»