1. Eric, Julie et moi (4)


    datte: 14/05/2018, Catégories: Transexuels, Auteur: Mlle_Helened,

    J’appelais Eric le lendemain et lui racontais tout par le menu, sans rien omettre. - c’est super ! Que vas-tu faire ? - me laisser faire et voir où ça mène. - on se voit ce week-end ? - oui, bien sur. Je peux venir en fille ? - tu as intérêt ! - ok. Merci. A samedi. Vendredi arriva rapidement. Plus que je ne l’avais pensé. Je me préparai pour aller chercher mon tailleur pantalon. Je me rendis à la boutique avec mes talons hauts comme prévu. La vendeuse attendait le chaland et eut un grand sourire en me voyant. - bonsoir madame. Votre pantalon est prêt. Entrez dans la cabine, je vous l’amène. J’enfilai le pantalon et la veste assortie. Je sortis de la cabine. Je me regardai. Et me trouvai belle, sexy sur mes talons aiguille. Je me surpris un instant à penser aller travailler dans cette tenue. - c’est parfait, dis-je. - oui, il vous va très bien, dit la vendeuse. Et pour une fois, je suis sincère. - merci, c’est gentil. Je gardai le tailleur sur moi et réglai la note. En quittant le magasin, je pensai à Julie. Le trouverait-elle à son gout ? Je remis le tailleur pantalon le lendemain. Je me garai dans un parking souterrain et rejoignit l’appartement d’Eric à presque cinq cent mètres de là. Je montai les deux étages et sonnai à sa porte. A voir sa tête, il ne s’attendait pas à me voir ainsi. - tu es superbe, dis donc. Je ne pensais pas qu’un pantalon pouvait être aussi sexy. Machinalement je lui tendis ma main qu’il serra. Mais on sentit tous les deux que ce geste était ...
    ridicule. - je crois qu’il serait mieux qu’on se fasse la bise, dit-il. - je pense aussi. Timidement et maladroitement, nos joues se touchèrent pour la première fois. Et quelque chose se passa dans ma tête. Je regardai Eric différemment. - tu veux faire quelque chose de particulier ? demandé-je pour rompre volontairement le charme. - non. Et toi ? - je voudrai aller aux Galeries Lafayette. Je crois qu’ils doivent avoir un rayon perruques bien garni - ok. On y va ? Si je commençai à maîtriser la rue, j’allai prendre le métro pour la première fois en fille. La promiscuité et l’absence d’échappatoire constituèrent une nouvelle épreuve que je passai haut la main, même si on me dévisageait encore beaucoup. Je trouvai le rayon perruques et la vendeuse m’installa dans un fauteuil. J’essayai une bonne quinzaine de postiche avant de trouver la bonne, avis confirmé en chœur par Eric et la vendeuse. Je la gardai sur moi bien sur. Eric m’invita au restaurant. Encore une première pour moi. Le serveur me donnait du madame à tout va. J’étais heureuse. On rentra en milieu d’après-midi. Je m’affalai dans le canapé, tout en envoyant valdinguer mes escarpins. - je suis épuisée, dis-je. Mais merci encore pour le restau. C’est très gentil. - mais de rien. Cette perruque est vraiment parfaite pour toi. Elle fait très naturelle. - oui. Mais au prix où je l’ai payée, il vaut mieux. Voila un point que je peux rayer de ma liste. Eric servit des boissons. - bon ce n’est pas tout. Mais je vais devoir y aller. - ...
«1234»