1. Clotilde


    datte: 15/05/2018, Catégories: Anal, Première fois, Lesbienne, Auteur: josyldo, Source: xHamster

    Clotilde de Saint Just était ce qu'on appelle une &#034oie blanche&#034. De son passage chez les Sœurs de la Vierge, elle n'avait rien appris de la sexualité...à 18 ans passés, son bac en poche et ne sachant que faire de sa vie, elle avait accepté l'offre de ses parents d'épouser un jeune ingénieur, qui quoique n'étant pas de la noblesse avait à leurs yeux une immense qualité, il était riche...il avait quelques années auparavant déposé un brevet qui lui rapportait de substantiels dividendes... Elle était donc sorti avec lui chaperonnée comme il se doit par une de ses cousines prénommée Bertille. Bertille était déjà mariée et avait deux affreux gamins d'un mari militaire qui ne faisait que de courtes apparitions entre deux départs pour l'étranger.Tous les trois avaient donc visionnés ensemble les films autorisés par les parents de Clotilde, avaient dîné ensemble, Bertille faisait alors garder ses enfants par une baby-sitter rétribuée par les Saint-Just...a l'abri des oreilles de Laurent,le fiancé, elle la mettait en garde contre un rendez-vous galant avec son promis qui disait elle risquait de lui faire perdre son bien le plus précieux: sa virginité.Laurent se contentait donc de lui prendre la main et de l'embrasser sur la joue. la vie sexuelle des deux tourtereaux était des plus platonique. Clotilde en rentrant de ses &#034rendez-vous&#034 sentait parfois poindre un désir jusque là inconnu et dans son lit ou sous la douche, elle se caressait doucement ce qu'elle sentait ...
    instinctivement être le centre du plaisir féminin il lui arrivait parfois ainsi de se faire &#034rougir&#034 et elle en éprouvait une certaine honte.Si elle avait su que Laurent une fois qu'il l'avait déposé chez ses parents, qu'il était allé saluer ceux-ci ne ramenait pas directement Bertille chez elle, mais qu'il faisait un détour par sa garçonnière... Là les deux amants se livraient à des ébats que le puritanisme des Saint-Just réprouvait.Bertille que son célibat forcé agaçait s'était découverte un goût prononcé pour la fellation et elle suçait Laurent jusqu'à ce qu'il explose dans sa bouche...la gourmande se repaissait alors de sa semence puis reprenait ses succions jusqu'à ce qu'il soit de nouveau &#034en forme&#034. Alors il était autorisé à la pénétrer...Elle appréciait particulièrement la sodomie, sans doute pour le caractère prohibé que cela revêtait... Laurent ne se faisait pas prier pour l'enculer jusqu'à la garde et ne cessait de la limer qu'une fois que les deux amants aient jouis...Il recueillait alors le sperme dégoulinant de l'anus de sa maîtresse et le lui faisait laper comme &#034la chienne&#034 qu'elle était.Ces seuls mot suffisait parfois à la mettre en transe et elle se jetait de nouveau avidement sur le membre viril de Laurent. le mariage approchant,Bertille avait commencé à distiller quelques consignes pour la nuit de noce: il fallait que la mariée soit intégralement épilée et qu'avant le passage à l'acte elle se fasse un lavement...devant les interrogations ...
«123»