1. Albert (3)


    datte: 15/05/2018, Catégories: Trash, Auteur: phildomi,

    à Évelyne que son mari aime la voir ainsi. Évelyne sourit, elle sait que Marie-France ment. Son mari ne s'occupe pas d'elle et c'est Marie-France qui aime être en corset. Marie-France essaye le corset, elle appelle Évelyne pour qu'elle dise ce qu'elle en pense. Évelyne regarde son amie, elle a un joli corps et le corset lui va très bien, il remonte bien sa poitrine et fait ressortir son cul. Évelyne lui fait remarquer que son sexe épilé convient bien à sa tenue. Marie-France hoche la tête et lui dit qu'elle aime ne pas avoir de poil et qu'elle se regarde souvent dans la glace. - Moi, je les taille très fin, mais je garde quelques poils, répond Évelyne - Parce que le clodo n'aime pas les pilosités trop abondantes, questionne Marie-France - Bon, tu le prends ce corset? Évelyne n'a pas répondu, elle est encore excitée et elle a envie d'aller voir Albert. L'après-midi s'écoule entre emplettes et poses thé. Elles se quittent en fin de journée. Évelyne rejoint son appartement luxueux. Elle prend le soutien-gorge, le string et se prépare dans la salle de bain. Elle met une robe qui se boutonne devant et ses sous-vêtements qu'elle vient d'acheter, un peu de maquillage et regarde dans la cave à vin. Elle prend une bouteille au hasard, un Saint-émilion. Voilà, elle est prête. Comme à chaque fois, ses jambes tremblent et son ventre gargouille. Elle ferme sa porte, il est 21H, il ne fait pas encore nuit. Quand elle sort de l'immeuble, Marie-France est là. Évelyne s'arrête, surprise. ...
    Marie-France la regarde : - Il faut que je vienne avec toi - Tu sais, il est brusque - Je m'en doute mais je n'arrête pas de penser à ce qu'il m'a dit Marie-France regarde son amie, hésite et puis se lance - Que je devais beugler comme une vache - Il est sale, il pue, il est brusque, il te traite de tous les noms, mais il sait donner du plaisir aux femmes, et moi, j'aime cela. Allez, suis-moi, je t'emmène voir Albert Elles partent, arrivent au niveau des quais. Elles descendent. Elles n'ont rien dit. Évelyne montre ou Albert est. Elles s'approchent. Albert les voit arriver toutes les deux - Tiens, voilà deux bourges. J'espère que vous n'êtes pas venues les mains vides. Mais c'est qu'elles sont toutes mignonnettes dans leurs robes. En regardant Évelyne - Ha, là, tu le reconnais Albert, tu fais moins la fière. Albert s'est approché d'Évelyne, elle peut sentir son haleine. La main d'Albert se met sur ses fesses. - Alors comme cela, cet après midi , on a mis un beau pantalon pour bien faire voir son cul de pute. Marie-France est un peu derrière et regarde Évelyne. Elle voit la main qui remonte la robe, la main qui s'insinue entre les fesses, elle voit Évelyne se mettre à quatre pattes, la robe déboutonnée, les seins d'Évelyne sortent du soutien-gorge. Ils pendent. Elle voit le cul d'Évelyne qui bouge. Albert sort sa queue. Il regarde Marie-France, l'appelle. Presque malgré elle, Marie-France approche. - Tu es là pourquoi, pour voir l'autre pute se faire baiser? Et bien regarde bien ...