1. Annabelle progresse 7


    datte: 15/05/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, Auteur: varari,

    dossier est bien avancé et je pense le terminer aujourd'hui. T'excuses-tu. Ah oui? Et un verre d'armagnac, ça t'aurai tuée? Clame-t-il, tu ne crois pas qu'un &#034petit plus&#034 aurait favorisé la conclusion de cette affaire? Je croyais pouvoir compter sur toi. Je pensais que tu me comprenais à demi-mot. Mais la conversation s'arrête en même temps que l'ascenseur dont la porte s'ouvre sur le couloir qui vous mène au bureau. Ton patron profite encore de ces quelques pas dans le couloir désert pour te signifier qu'il considère que c'est un manquement à ses instructions, en conséquence de quoi il te sera infligé une punition. Mais pourquoi? T'insurges-tu, je ne savais pas ce que vous attendiez de moi Monsieur. Je me ratt****rai c'est promis, dites-moi quoi faire, s'il vous plait. C'est trop tard! Conclut-il en poussant la porte d'entrée. Venez à mon bureau te voussoie-t-il afin que personnes ne s'aperçoive de votre intimité. Et d'un même pas, vous parcourez le couloir jusqu'à son bureau où vous vous engouffrez tous les deux de concert. A peine la porte refermée et verrouillée, il te plaque contre le mur en t'appuyant sur la poitrine d'une main trapue, tandis que de l'autre il passe sous ta robe, t'écarte les cuisses brutalement et investit ta chatte de trois doigts brûlants. Mais on dirait que tout ce fourbi te fait de l'effet s'exclame-t-il, tu mouilles ma jolie pute! Je savais bien qu'une salope comme toi pouvait se trimballer avec les deux trous comblés. Je ne m'étais pas ...
    trompé. Hein? Qu'en penses-tu, c'est pas bon? Si, si Monsieur te résignes-tu à dire, c'est très excitant. Bon, dit-il en te lâchant et en regagnant son bureau, tu n'échapperas pas à ta punition. Je n'ai pas encore décidé de la date mais peut-être ce week-end. En attendant, retournes terminer ce dossier et reviens avec le budget en poche, pigé? Oui Monsieur, j'ai compris, j'y vais de suite. Assures-tu d'une petite voix honteuse. Et tu sors. Une fois la porte fermée dans ton dos, tu te laisses aller en t'appuyant dessus et tu pousses un gros soupirs. Est-ce de soulagement ou d'appréhension? Ça, y-a que toi qui le sait. D'ailleurs le sais-tu toi-même? Tu as bien compris qu'il te fallait faire d'avantage avec ce client, mais quoi? Jusqu'où? Que veut-il, lui? Est-il au courant de ce que je fais depuis quelques jours? Tu en es là de tes réflexions alors que tu es déjà devant la porte de l'ascenseur. Quelques minutes plus tard, tu es devant les marches qui vont te mener soit au bonheur, soit vers une punition supplémentaire. Tu gravis ces marches, tu entres dans le hall. Cette fois-ci, il y a de l'animation. Des secrétaires vont et viennent d'un bureau à l'autre en portant des dossiers, des hommes en costume ou en bleu de travail traversent comme des robots, mais des robots attentifs, car la plupart te déshabillent du regard. Enfin à l'accueil on te demande poliment ce que tu cherches et après avoir répondu, on t'accompagne au bureau que tu connais déjà. La secrétaire s'efface pour te ...
«1234...»