1. Les joyeux naufragés


    datte: 15/05/2018, Catégories: fhh, frousses, bateau, Oral, pénétratio, double, humour, aventure, québec, humour, aventure, couple+h, Auteur: Ingyt, Source: Revebebe

    et la génératrice aussi, l’autre est toujours en panne. Les hélices tournent dans le vide présentement, à les entendre.— Nom de Dieu, lâcha-t-il surpris, et on n’a pas sombré, c’est à peine croyable ?— Inimaginable je dirais, la vague nous a ensuite soulevés comme un bouchon et expédiés ici dans un bruit d’enfer, aux pieds de cette falaise. La coque doit être ouverte à mon avis, et elle risque de se fendre un peu plus, mais au moins on ne coulera pas et les brisants sont environ cent mètres plus bas. On a eu de la chance dans notre malchance, monsieur, la vague aurait pu facilement nous broyer contre ce mur de roche juste à côté.— Bon, faites couper les moteurs et qu’on envoie une équipe vérifier la coque au plus vite. Il faut savoir si l’on peut rester sur le navire, sinon, on va devoir évacuer sur cette île, si c’est possible, et s’organiser en attendant les secours, mais avec cette tempête faut pas se faire d’illusion. Il y a Un craquement sourd et sinistre raisonna longuement, le bateau vibra et bougea un peu quelque part vers l’arrière, puis se stabilisa. Ils se regardèrent tous, pétrifiés, puis ils n’entendirent plus que le vent qui soufflait, et le ressac. Ayant un peu perdu la tête, Loric Renoir ne se rendit pas compte de la chance qu’il avait d’être toujours en vie. Les yeux fous, encore une fois couvert d’huile noire, sa fausse barbe et ses lunettes envolées, il cherchait à s’extirper du conteneur en serrant contre lui sous son bras gauche un cylindre de métal ...
    qu’il avait trouvé dans le sarcophage avant que tout ne se mette à tourner. Il avait pris dans sa veste une autre lampe de poche, celle qu’il tenait dans les mains avait disparu, et il marcha sur la momie qui traînait sur le sol – dont les vieux os craquèrent – pour sortir de là. Intrigué, il s’aperçut quelle avait deux pénis noirs. Aussi loin qu’il pouvait éclairer, il vit qu’à peu près tout s’était détaché dans la cale ; les chaînes s’étaient rompues, les cordages et la cargaison s’étaient accumulés sur bâbord, du côté où gîtait le navire. Là il y avait une immense fissure par où le vent et la pluie s’engouffraient en mugissant. Il dut grimper de peine et de misère sur un amas de caisses et de voitures renversées, grelottant, pour se retrouver sur le plancher. Penché vers l’avant, il réussit à atteindre l’écoutille, à l’ouvrir et à sortir de la cale. Encore une fois, il était recouvert de bactéries et gardait les lèvres bien serrées même si ses dents claquaient. « Cette croisière maudite est en train de me rendre complètement fou », pensa-t-il en souriant bêtement. Une fois dans le couloir incliné, s’appuyant au mur pour aller prendre des escaliers sans comprendre ce qui avait bien pu se passer, les lumières de sécurité clignotèrent et se rallumèrent tout à coup. Il leva les yeux et commit l’erreur de regarder un flash rouge au plafond qui se mit à tournoyer. Je repris conscience, la tête reposant sur des fesses, très douces mais vertes, sentant toujours la bite dans mon cul et ...
«1234...10»