1. Dans la cage d'escaliers


    datte: 15/05/2018, Catégories: journal, fh, hplusag, extracon, cocus, voisins, grossexe, Voyeur / Exhib / Nudisme, photofilm, BDSM / Fétichisme, fmast, hmast, Oral, pénétratio, fouetfesse, extraconj, cocucont, Auteur: André, Source: Revebebe

    Résumé de l’épisode précédent :«Une vidéo très instructive »Une vidéo indiscrète lui révèle que son épouse le trompe avec leur voisin. Il découvre à cette occasion qu’il aime voir sa femme se faire posséder par un autre homme, sans qu’elle le sache. _________________________________ Cette première vidéo m’avait anéanti. J’étais furieux contre ma salope de femme qui était devenue la pute de notre voisin. J’alternais périodes d’intense jalousie et de folle excitation. Quelle humiliation mais surtout, quelle honte ! Je veux parler de la honte qui m’envahissait lorsque je me mettais à bander en regardant ma femme prendre plaisir en se soumettant à tous les caprices de ce vieux pervers. Je me sentais honteux mais pourtant, tous les soirs, j’attendais avec impatience le moment où, une fois mon épouse endormie, je pourrais me repasser encore et encore ce satané clip. Voir le plaisir intense et partagé qu’ils se donnaient dans tous ces excès de débauche me rendait fou de jalousie. Dans le même temps, je ne pouvais m’empêcher de bander tout seul dans mon coin à regarder ce vieux cochon déshonorer ma femme. J’étais en pleine confusion. En attendant d’y voir plus clair, j’aurais voulu ne rien laisser paraître mais je sentais que mes proches, pas seulement Sandrine, n’allaient pas tarder à se poser des questions sur mon comportement. Heureusement, les congés étaient arrivés et nous étions tous partis en Italie. Au bout de deux semaines nous étions de retour et je ne savais toujours pas ...
    quelle conduite adopter pour faire face à la situation. Après tout, cela durait peut-être depuis longtemps et j’aurais pu continuer encore à tout ignorer. Pourquoi ne pas attendre d’en savoir un peu plus ? Après tout, il n’y avait rien d’urgent. Son nouveau poste d’enseignante à mi-temps laissait beaucoup de temps à mon épouse ; de plus, en partant travailler, j’accompagnais les enfants à l’école, lui laissant ainsi très tôt le champ libre. J’étais persuadé qu’elle avait des rapports quasi quotidiens avec notre voisin ; pourtant il me fallut attendre une bonne dizaine de jours pour récupérer une deuxième vidéo. Tous les matins je dissimulais notre caméscope dans la bibliothèque. Le soir, je visionnais régulièrement des cassettes vides montrant pendant trois heures une pièce calme et déserte. L’image était fixe, mais j’entendais toujours des bruits étouffés, et souvent la porte d’entrée s’ouvrir ou se refermer. Mon épouse avait ses cours l’après-midi, mais à sa façon de se préparer et de se pomponner dès la première heure, je savais que ce salaud devait se la baiser tous les matins. Mais ils faisaient peut-être cela chez lui ou alors dans toutes les pièces de la maison, sauf dans le lit conjugal. Ce soir-là Une fois de plus, rien ne se passait puis brusquement mon épouse est apparue sur l’écran. Je me souviens que ma femme m’avait téléphoné le matin même, à mon travail, pour me faire plein de bisous et me donner une liste de courses à faire entre midi et deux. Ce n’était pas ...
«1234...7»