1. Dans la cage d'escaliers


    datte: 15/05/2018, Catégories: journal, fh, hplusag, extracon, cocus, voisins, grossexe, Voyeur / Exhib / Nudisme, photofilm, BDSM / Fétichisme, fmast, hmast, Oral, pénétratio, fouetfesse, extraconj, cocucont, Auteur: André, Source: Revebebe

    temps, je me dis qu’elle n’a pas pu accepter une chose pareille. J’essaie en vain de chasser cette image de mon esprit en revenant à mon écran. Elle continue ainsi de longues minutes, les larmes aux yeux. Je suis certain que sa mâchoire est tout ankylosée. Sandrine s’est mise à se caresser, et je vois qu’elle jouit de sa soumission, de l’offrande qu’elle est en train de faire à cet homme. Je suis persuadé que peu de femmes pourraient parvenir à emboucher un engin pareil sur une telle longueur. Cela m’excite énormément de voir faire ma femme. Je réalise que je suis en train de branler ma toute petite bite. Sandrine, elle aussi, se tripote de plus en plus vite. De son autre main elle triture et tire sur les grosses couilles de l’homme, comme pour les traire. Lui, la regarde faire d’un air satisfait. Il garde les yeux fixés sur ses belles lèvres maquillées qui coulissent sans interruption tout au long de sa longue pine. Puis il commence à l’insulter. À la traiter de salope et de catin. — Cela ne te suffit pas d’en avoir déjà plein le cul avec le gode, hein ? En plus, tu en veux une bien grosse dans la bouche. Tu aimes bien ça, sucer les grosses queues, habillée comme une pute pendant que ton mari bosse, pas vrai ? S’il savait quelle salope tu fais Allez, vas-y encore, continue, suce-moi bien. Pompe, salope ! Cela dure un bon quart d’heure (comment fait-il pour se retenir ?) puis il lui annonce qu’il veut la baiser maintenant. Sandrine s’allonge aussitôt sur le dos, les cuisses ...
    bien écartées. Ma femme pousse de petits cris. Il la met bien à fond ; régulièrement son gland vient buter contre le col de son utérus. Mais il n’en a pas terminé. Il la soulève et, balançant ses jambes par-dessus ses épaules, il se l’enfonce encore plus. Ma femme a toujours le plug dans le cul, et à plusieurs reprises je le vois actionner la petite poire qui est maintenant accessible. Ma femme gémit et crie que c’est trop bon. Sur le moment, je ne comprends pas vraiment ce qui est en train de se passer. En fait, il attend d’être bien en place dans le vagin de ma femme pour gonfler le plug à fond de manière à obtenir la dilatation maximale. Sandrine se sent complètement remplie : tout le volume de son rectum est occupé, augmentant la tension sur les parois de son vagin qui vient enserrer encore plus étroitement la grosse queue de son partenaire. Georges prend le temps de bien savourer la position puis il reprend ses allées et venues dans le ventre de ma femme. Sandrine, qui s’était un peu calmée, se déchaîne à nouveau aussitôt qu’il commence à lui triturer le bout des nichons. — Plus fort ! Ah oui, plus fort ! Sandrine prend son pied, mais cela lui a échappé. — Plus fort ? T’aimes ça qu’on te les serre, tes nichons, hein ? Elle pousse de petits couinements. — J’aime qu’on me les serre comme ça. Vas-y comme ça. Encore. Oui, j’aime. Je vois ma femme se cambrer ; sa respiration s’arrête, puis d’un coup elle gueule des mots sans suite. — Ooooh ça vient, ça vient, viens vite ! Au ...
«1234...7»