1. Dans la cage d'escaliers


    datte: 15/05/2018, Catégories: journal, fh, hplusag, extracon, cocus, voisins, grossexe, Voyeur / Exhib / Nudisme, photofilm, BDSM / Fétichisme, fmast, hmast, Oral, pénétratio, fouetfesse, extraconj, cocucont, Auteur: André, Source: Revebebe

    fur et à mesure que son plaisir monte, les coups de bite de notre voisin se font plus rapides. Ses couilles viennent s’écraser contre la partie plane du plug plaqué aux fesses de ma femme. Sandrine a maintenant les yeux complètement révulsés. Elle continue de se mordre les lèvres sans se rendre compte qu’en fait elle ne s’est jamais arrêtée de couiner. — Vas-y ! Vas-y ! C’est bon ! Continue, c’est bon, c’est bon, ça vient, ça vient ! Et puis Sandrine décroche d’un seul coup. L’orgasme l’emporte au moment même où notre voisin commence à décharger au fond de son ventre. Il pousse encore plus profond, plus loin, Sandrine gueule encore plus fort en le sentant cogner contre ses ovaires qu’il lui remonte encore et encore. Je pourrais imaginer tout ce sperme qu’il lui crache à gros bouillons direct dans son utérus mais cela est inutile : Sandrine dit tout, elle décrit, elle raconte, elle crie qu’elle le sent, que c’est bon. Elle le supplie de tout lui lâcher et de l’engrosser. — Vas-y, donne-moi tout, vas-y, lâche tout, remplis-moi, engrosse-moi. Maintenant ! Oui ! Encore ! Ah, salaud, que c’est bon ! Qu’est-ce que tu me mets ! Bon Dieu Bon Dieu C’est le bon moment en plus, vas-y salaud, mets-moi tout le paquet au fond de la matrice Aaaah Que c’est bon ! Je suis pleine Je reviens d’un coup à la réalité. En voyant Sandrine éprouver un plaisir dingue à se faire remplir le ventre pendant sa période féconde, je me suis mis à éjaculer sur le carrelage. Je constate qu’une fois de plus ...
    cela se termine de la même manière pour moi. Je viens d’appuyer sur avance rapide ; il reste une petite heure d’enregistrement, mais j’ai l’impression que la séance n’est pas terminée. Quinze minutes se passent en silence. Rien, tout est immobile. J’ai l’impression qu’ils se sont assoupis, puis d’un coup je perçois une agitation dans le lit. Je reviens en arrière : la conversation a repris. — Allez, viens, ma petite chérie. Accompagne-moi vite dans la salle de bain : c’est l’heure de mon petit caprice et d’enlever ton plug. J’ai une grosse envie, c’est toujours comme ça lorsque je bois beaucoup de café le matin. Je te garantis que cette fois-ci tu ne vas pas être déçue, depuis le temps que tu l’as mis en place, tu vas rester bien ouverte. J’ai hâte de voir ça et j’en ai un bon demi-litre pour bien te remplir. Maintenant tu sais bien à quoi t’attendre lorsque tu te le mets en place et que vient le moment de le retirer, non ? Allez, avoue que tu commences à aimer ça Je l’ai bien vu la dernière fois. Allez, dis-le-moi que tu aimes ! Ma femme ne répond pas mais ils se lèvent ensemble et quittent très vite la chambre. Elle a toujours sa guêpière et ses bas sur elle. Je perçois un mouvement vers la cheminée lorsque Georges passe près de la bibliothèque. — J’ai pris ton téléphone, ma chérie ; comme ça tu pourras appeler ton mari. J’oubliais de te dire que j’ai tout préparé pour filmer notre petite séance dans la salle de bain. Je suis sûr que mes copains apprécieront de voir quelle ...
«1...345...»