1. La saga des esclaves au Château du Marquis d'Evans (épisode N°734)


    datte: 15/05/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, Auteur: MAITREDOMINO,

    sont extraordinaires, merveilleux, sublimes. - Je vais te faire un autre privilège ce soir, Mon chien, et te laissant prendre un bain dans ses eaux et dans mes miasmes, alors que je vais me laver les dents et me raser un peu . Le Maître sourit malicieusement, sans plus attendre je plonge dans la baignoire, je me lave soigneusement et scrupuleusement, puis rejoint le Maître assis sur son lit. - Viens ici, à genoux devant moi J’approche rapidement, m’installe entre ses jambes entrouvertes. - Tu connais le dicton, une petite pipe et au lit ! Le Maître est d’humeur joyeuse ce soir, il me tend sa verge toujours tendue, je l’avale d’un trait et la pompe avec gourmandise. Lui me fait des compliments. - Tu pompes divinement bien Ma pute un savoir-faire exceptionnel ! L’éducation que je te donne porte ses fruits. Je comprends que ceux à qui je te prête me font tant d’éloges de ta bouche et de ta langue Ces mots m’enflamment littéralement, tous mes sens se sont réveiller, une terrible envie de me branler m’assaille je suis comme fou ! Une érection hors norme à ma nouille ! - Suce-moi Ma pute, avale-moi, donne-moi du plaisir, je souhaite te récompenser de mon jus ! Monsieur le Marquis s’est allongé sur le lit en s’étirant de plaisir. J’avale, j’aspire, j’engloutis, je gobe et dévore ce Noble sexe sans relâche, tel un forcené jusqu’au moment où le Maître me bloque la tête avec ses deux mains. Sa queue logée profondément en moi se fige un instant puis laisse échapper en jets drus et ...
    successifs ce nectar intime épais et abondant que je déguste avec délectation comme s’il était symbole de puissance et d’immortalité. - C’est bien Mon chien, tu as su œuvrer correctement. Il est temps de nous reposer, une longue journée nous attend demain. Tu vas dormir ici, aux pieds du lit avec cette seule couverture. J’ai bien du mal à m’endormir tant l’envie de jouir me taraude, j’empoigne les pieds du lit de mes deux mains pour m’éviter de commettre l’irréparable, l’impardonnable. Peut-être pour la première fois, je ressens le besoin de jouir comme un manque. J’ai l’impression d’être un drogué qui n’a pas pris sa dose. Le Maître quant à lui, reput, dors déjà paisiblement En cours de nuit, je suis soudainement réveillé, j’entends le Maître se lever et aller farfouiller dans l’armoire ou sont déposés les sacs contenants les accessoires BDSM. Je ne bouge pas, feins même de dormir. Mais lorsqu’un doigt lubrifié glisse et s’introduit dans mon anus, je sursaute, frémis et pousse un gloussement ! En lieu et place de ce doigt, je sens maintenant un objet rond et dur au contact de mon trou. Instinctivement, je m’écarte, soulève mes fesses, me cambre. L’objet rond d’un diamètre peu important glisse en moi et me pénètre sans réelle difficulté. Mais sitôt après cette première pénétration, une seconde, une nouvelle boule d’un diamètre supérieur s’insère et glisse en moi, puis une troisième toujours plus large, et enfin un quatrième qui elle a bien du mal à passer et à entrer. - J’étais ...