1. La saga des esclaves au Château du Marquis d'Evans (épisode N°734)


    datte: 15/05/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, Auteur: MAITREDOMINO, Source: Hds

    tellement épuisé hier au soir que j’en ai omis de te bourrer le cul avec ces boules de geisha, ma petite chienne, tu peux te rendormir maintenant ! Je remercie le Maître et tente de retrouver le sommeil Bien difficile, tant l’excitation me tourmente. Je bande encore et toujours. Combien une petite branlette pourrait faire baisser la pression. Mon cul encombré ne me laisse pas de répit. Je deviens comme fou ! Le Maître s’est recouché, sa respiration est redevenue lente, il a du se rendormir, m’abandonnant à mon triste sort. Ce n’est peut-être qu’au bout d’une heure que je parviens enfin à m’endormir. Le jour s’est levé, Monsieur le Marquis également, cette fois-ci je ne l’ai pas entendu. Pour me réveiller il me donne un petit coup de pied sur les fesses. - Debout Mon chien ! Je me redresse subitement, oubliant ces boules insérées dans mon cul. Elles se rappellent à moi, je sursaute, cette petite douleur m’excite de nouveau, ma queue s’enflamme, je mouille Le Maître me demande de me tenir debout, dos à Lui, les bras à l’horizontal. Il pose sa main directement sur mon intimité et me découvre trempé - Dis-moi, les boules de geisha te font de l’effet ! - Oui Maître. - Tu es chaud comme la braise Ma pute ! - Oui Maître Je glousse et frémis encore sous les pressions que le Maître exerce sur mes couilles. Mais soudainement, sans prévenir, il me retire les boules de geisha d’une traction ferme. Une décharge de plaisir m’irradie alors dans tout mon corps. Je gémis et ai bien du mal à ...
    garder la position imposée par le Maître. J’y parviens cependant aux prix d’une formidable maîtrise. Monsieur le Marquis me fait attendre un peu ainsi, puis m’ordonne : - Mets-toi à plat dos sur le lit, bras tendus derrière la tête ; chienne ! J’obéis alors que le Maître me place un bandeau sur les yeux puis des bracelets de cuir aux poignets Il attache des chaines aux anneaux de ceux-ci. Il m’attache encore avec une deuxième paire de chaines, venant, elle, de derrière le lit, avec pour ambition de me faire tenir les mains jointes les bras étirés vers la tête du lit. Monsieur le Marquis place alors un duplicata de ces bracelets de cuir à mes chevilles et les fixe aux pieds du lit me forçant à écarter largement les cuisses. A chaque attache supplémentaire, je sens mon désir monter un peu plus encore, ma queue arbore une érection autant puissante qu’éloquente. Je reçois une douce et très rapide caresse sur ma cuisse droite puis plus rien. Quelques secondes passent, elles me semblent des heures, tant je suis impatient. Je me sens offert et ai envie de hurler ma terrible envie de jouir. Enfin une main glisse sur mon abdomen trempé et glisse à la lisière de la zone sensible. Le Maître me caresse le gland, me l’embrasse même Je gémis à chaque contact de ses lèvres. J’ai l’impression que ma queue va exploser tant ses doigts m’effleurant son agile. Je gémis et étouffe mes supplications. - Tu as envie de jouir Mon chien, je le sais, je le sais depuis hier alors que tu me pompais - Oh ...