1. La saga des esclaves au Château du Marquis d'Evans (épisode N°734)


    datte: 15/05/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, Auteur: MAITREDOMINO, Source: Hds

    oui Maître, je vous en supplie, puissiez Vous m’autoriser à jouir ! - Seul moi décide de tes orgasmes, tu le sais Mon chien - Oui Maître De manière complètement inattendue, je sens quelque chose passer sur ma verge. Je reconnais l’objet : un vibromasseur ! Je réagis immédiatement, me cabre, gémit et halète sous les caresses de l’objet. De temps à autre, le Maître s’amuse, faisant passer le vibro sur et sous mes couilles, dans ma raie anale écartée, puis revient sur mon sexe dru provoquant à chaque fois des plaisirs totalement inattendus, courant tout le long de mon corps jusqu’au bout de mes doigts et orteils. Monsieur le Marquis joue ainsi de longues minutes, m’accordant parfois des temps de repos afin de permettre à la tension de redescendre, car semble-t-il, il souhaite que cette séquence dure un certain temps. Maintenant ce sont Ses doigts qui me titillent le gland, mais aussi mon trou. Un majeur me pénètre. Je décolle encore rapidement, j'halète fortement. Mais le Maître arrête ses caresses sur ma tige alors qu’il glisse un deuxième doigt dans mon cul souple, dilaté, chaud bouillant. - Ca va, ma chienne ? - Oh aah oui Maître - C’est parfait Tout en parlant, le Maître à ajouter un troisième doigt dans mon cul - Je sais que tu aimes ça salope ! - Oui Maître - Pardon ? - Oui Maître, j’apprécie ce que vous me faites ! Dis-je avec difficulté tant ma respiration était saccadée - Tu aimes te faire remplir le ventre alors que tu es soumise comme une chienne - Oui Maître ! - ...
    Je n’ai pas bien compris ! Insiste le Maître - Oui Maitre j’aime me faire remplir le ventre comme une chienne. - C’est bien, et moi j’aime te remplir ou te faire remplir comme une pute Je gémis à une caresse plus forte, alors que le Maître empoigne ma queue décalottée. Je réagis au quart de tour et mes gémissements se font plus intenses. Je bouge les hanches mais n’ai pas suffisamment de latitude de mouvement dans cette position. La main du Maître s’arrête encore juste avant qu’un orgasme me foudroie. Je vais devenir fou ! Je reste là dans cette situation, en plein désir, tout mon corps le réclame. Je lutte pour ne pas supplier pour ne pas dire « par pitié, faites-moi jouir ! ça fait des jours que je n’attends que ça ! » Je n’ai envie que de ça ! Monsieur le Marquis tire sur mon prépuce, surpris je crie. - Tais-toi salope ! J’obéis et attends silencieusement la suite. Je sens mon gland être enserré, une sensation étrange à la fois douloureuse et agréable. - Ecoute-moi attentivement, ton gland est maintenant relié à une machine, une sorte de branleuse automatique. Elle va s’occuper de toi avec l’intensité et le temps que je déciderai, j’ai la commande en main. Tu peux hurler tout ton saoul mais je t’interdis de jouir. Tu entends, je veux que tu te contrôles. - Bien Maître. - Tu n’as pas l’air convaincu ! - J’obéirai Maitre. La machine se met alors en marche et immédiatement je suis submergé. L’appareil enserre doucement mon bout de chair gorgé de sang, le malaxe, appuie, le ...