1. Terma6-Absence de Djaffar et mon premier black


    datte: 16/05/2018, Catégories: Entre-nous, Les hommes, Auteur: Noura, Source: Hds

    pour lui ! Le choc du départ de Djaffar a été certainement la cause de ma faiblesse. Et finalement, j’ai du accepter la réalité. Ce sera une nouvelle expérience pour moi, une épreuve de quelques jours, un petit carême sexuel. Mais dès le lendemain, j’ai appelé Sousou sur son portable. Il m’a informé qu’il était parti visiter un parent malade dans une autre ville, car il croyait que j’allais patienter au moins cinq jours, mais il fera tout son possible pour revenir dans deux ou trois jours. Quelle malchance ! Voila que tout l’univers se ligue contre moi ! contre teremti et ses exigences. J’ai passé une journée difficile. Je me suis masturbé tout en me triturant le cul avec deux et trois doigts. Quant j’ai éjaculé, j’ai pris un peu de mon sperme pour me le fourrer dans ma terma. Je voulais qu’elle goute, au moins, mon jus à défaut de celui de Djaffar ou un autre ! Le deuxième jour, j’ai encore appelé Sousou car j’étais très nerveux. La nuit précédente, j’ai rêvé du gros zob de Djaffar dans ma terma, et j’ai eu du plaisir dans mon sommeil, à tel point que j’ai moi-même éjaculé dans mon lit sans m’en rendre compte. Sousou a réussi encore de me calmer avec sa gentillesse habituelle. Je me suis aussi masturbé et doigté le cul, puis j’ai pris un long bain chaud pour calmer mes nerfs. J’ai pensé au gode électrique de Sousou, mais je n’ai pas, encore, l’habitude de ce genre de magasins. Ma terma a patienté ces deux jours, mais au troisième, elle commençait vraiment à me gêner et je ...
    devenais plus que nerveux, au risque de faire des bêtises. Au téléphone, Sousou l’a remarqué et m’a demandé de patienter encore. Je lui ai répondu avec une sorte de gémissement: « ya Sousou ! teremti raha ta’koul fya ! raha chahia zob ghlidh ! kh’chiine ! toug’3oud 3aleih ! » ( ô Sousou ! ma terma me démange ! elle a envie d’un gros zob ! épais ! pour m’assoir dessus) . Je voyais déjà, en pensée brumeuse, ce zob qui m’ouvre l’anus : « ya Sousou 7’bibi ! zouki chahi zob i7élou ! » (ô Sousou mon ami ! mon cul a envie d’un zob pour l’ouvrir!) « zeb m’tii’n i7oukli teremti mine daakhal ! » (un zob dur pour me frotter teremti de l’intérieur!) « teremti t’moussou ! yag’3arha ! 7ata el’klaoui ! » (pour qu’elle le suce ! et qu’il l’explose ! jusqu’aux couilles!). Sousou m’a dit que je délirais et qu’il fallait me calmer pour trouver une solution. Lui n’a pas de problèmes de ce genre car il connait pas mal d’amants ici et la bas, et qu’il peut les joindre à tout moment, il n’avait que le choix. Mais moi, je n’ai que Djaffar ! et il est absent ! Ma terma est orpheline et je n’ai personne pour éteindre le feu qui nous consume, tous les deux. Au quatrième jour, Sousou m’a conseillé de trouver quelqu’un pour me camer les sens et les besoins de mon cul qui continuait à me chatouiller, à me démanger et exiger de l’action. Malheureusement, je n’avais pas l’habitude de draguer dans la rue. Sousou, qui écoutait mes plaintes, a trouvé la solution. « 7abibi ! rani l’gueit’ha ! arja3 lil WC n’ta3ek ...
«1234...7»