1. Mes chers voisins (1)


    datte: 16/05/2018, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: Dubliner_church,

    à tel point que je dois multiplier les séances d’onanisme afin de décharger cette tension accumulée. Il m’est aussi déjà arrivé m’imaginer lui faire l’amour lors d’ébats avec ma femme, chuchotant son prénom pendant nos levrettes sauvages, le claquement de mes couilles contre le cul de mon épouse couvrant ces paroles qui déclencheraient une troisième guerre mondiale si elles étaient entendues par mon officielle. Mon café à la main, je parcours le planning qui m’attend, semi-rempli pour l’instant. Mais l’enchainement d’appels que j’entends au standard m’annonce que les quelques créneaux libres ne devrait pas le rester très longtemps. Il est 19h, je suis éreinté mais il me reste une dernière patiente à voir. Anne a déjà quitté le cabinet, et je m’occupe donc d’aller chercher ce dernier rendez-vous. Les yeux sur l’horloge, j’appelle cette dame. « Alix BAZIN ». Un petit « Oui » prononcé d’une voix douce parvient à mes oreilles. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir ma jeune voisine dans ma salle d’attente, souriante, délicate, fraiche. Je rougis et bégaie un semblant de bonjour. Cela ne m’arrive jamais mais elle me trouble. Je me reprends et l’invite à me suivre. Elle me sert la main, plongeant ses grands yeux verts dans les miens. Je ferme la porte, la laisse ouverte, je ne sais plus trop bien. Finalement, je la ferme. Je lui désigne la chaise et elle prend place en se mettant à l’aise. Son chaud manteau d’hiver en moins sur le dos, je peux revoir cette silhouette qui ...
    m’avait envouté le premier jour. Je lui demande pourquoi elle vient me voir, et heureusement pour elle, rien de grave. Elle a juste besoin d’un certificat médical pour une inscription en club de sport, ce qui fut réglé en 5 minutes. Puis, nous venons à discuter du quartier et elle me dit qu’elle vient d’emménager avec son mari à deux rues d’ici, chose que je sais déjà bien entendu mais je feins la surprise. Je lui indique vivre dans la même rue, au numéro 46. Elle sourit et me dit que c’est toujours bien d’avoir un voisin médecin, cela peut toujours servir en cas d’urgence. Je ne sais pas comment le prendre, je soupçonne un sens caché à cette réflexion mais je dois me faire des films. Malgré tout, un regard coquin et malicieux ne la quitte pas. J’ai chaud tout d’un coup. Son certificat en main, nous quittons mon cabinet, j’éteins les lumières et referme la porte à clé. Notre conversation se poursuit naturellement dehors en direction de nos appartements respectifs. Le chemin du retour passe plus vite qu’à l’accoutumée et je profite des trottoirs étroits pour la laisser me devancer, par galanterie mais aussi pour pouvoir admirer cette belle paire de fesses qui se balance devant mes yeux, malgré la pénombre déjà bien installée. Nous voilà arrivés devant la porte de mon immeuble, elle me remercie de ma patience et de l’avoir prise si tardivement, et nous nous souhaitons mutuellement de passer une belle soirée. De retour chez moi, l’odeur d’un bon repas en préparation m’accueille et ...
«1...345...15»