1. Warda et Julie, salopes du lycée. chapitre


    datte: 23/05/2018, Catégories: Hardcore, Lesbienne, Tabou, Auteur: beur45,

    SOUMISE AU PROF DE FRANÇAIS Eh ! Warda ! Réveille-toi ! Mes yeux s’ouvrent doucement, mon regard piochant dans ce qu’il peut pour tenter de me situer. Visiblement, je suis dans une salle de cours, et la personne qui vient de me réveiller et qui plonge actuellement ses yeux dans les miens… C’est Julie… Ma douce Julie… Je vous sens un peu perdu, permettez-moi de nous présenter un peu. Pour ma part, j’ai 17 ans, et mon prénom est Warda. Comme vous l’aurez finement remarqué de par mon patronyme, je suis d’origine algérienne, une « beurette » comme on dit. Fort heureusement pour moi, mes parents ne sont pas très intégristes, ce qui me laisse le loisir de laisser mes longs cheveux bouclés à l’air libre, encerclant à merveille mon visage de princesse orientale. La nature ne m’a pas confié une forte poitrine, me laissant timidement la ranger dans un bonnet B, mais la plupart des garçons préfèrent me voir de dos. Mon fessier est, si j’en crois leurs dires, « à faire bander le pape », et je sais le mettre en valeur. Il est petit, ferme et bombé. Petite, je le suis aussi : 1m65. Mais je reste également très mince, ce qui forme un total très attirant pour les mecs. Julie, bien que très différente, reste très attirante dans l’ensemble. C’est une blonde, ses cheveux sont lisses, et elle est plutôt grande comparée à moi : 1m81. Elle doit cette différence de taille partiellement au fait qu’elle est âgée d’un an de plus que moi. Du moins c’est ce que j’aime répéter pour me rassurer… Ce ...
    qui est certain, en revanche, c’est qu’elle détourne autant de regards que moi. Non pas pour ses fesses, comme moi, car les siennes sont moins fermes, mais plutôt pour ses traits de mannequin et son 95D généreux, qu’elle n’a pas peur d’exposer partiellement au quotidien : les yeux de ses interlocuteurs allant constamment se perdre dans son décolleté. Elle et moi sommes en couple depuis notre entrée au lycée, l’an dernier. On s’est dépucelées mutuellement peu après, et avons découvert une passion commune : le sexe. Que ce soit avec des filles ou des mecs. La majeure partie des élèves du lycée était au courant, certains d’entre eux pouvant même en témoigner d’expérience personnelle. Mais bien entendu, aucune de nos familles n’est au courant, la mienne étant algérienne, je me devais de rester vierge le plus longtemps possible. Ne pas l’être en sortant du lycée était pour mes parents impensable. C’est donc Julie qui me réveille en plein cours de français. Je comprends alors pourquoi elle m’a réveillé : le prof, monsieur Ferrand, est un raciste qui ne m’apprécie déjà pas, inutile d’en rajouter : si il me surprenait à dormir pendant son cours… Je cligne des yeux nerveusement, tentant de m’extirper du sommeil. - Eh bien ? Me fait Julie en me donnant un petit coup de coude. Tu me dis toi-même que tu veux rester assidue pour ne pas le provoquer, et tu t’endors ? - Oui… Mais ça valait le coup… J’ai fait un rêve succulent… - Raconte ! J’étais dedans ? - Oh oui… Je lui lance un sourire ...
«1234...7»