1. Soubrette Sissy Boy (4)


    datte: 27/05/2018, Catégories: Transexuels, Auteur: BrusselX, Source: Xstory

    4. Le lendemain matin, je m’éveillais un peu avant 6h00, avant le réveil. C’était devenu une habitude. Je n’aurais jamais cru cela possible avant ! Après une douche, je m’occupais de mes cheveux, de mon maquillage. Puis j’enfilais un slip boxer, des bas, le soutien, la robe, le tablier et la coiffe. Et j’allais porter le plateau déjeuné à ma Maîtresse, qui lisait son journal dans la salle à manger. Comme chaque matin, je déposais le plateau devant elle. Elle me gratifia d’un sourire, puis replongea dans la lecture du journal. Moi, je plongeais sous la table, impatiente de retrouver mon rituel du matin. Elle portait un pyjama rose en satin, très seyant. Je devinais son sexe, très visible, déformant le satin, le long de sa cuisse. Je m’approchais de lui, le léchant par-dessus le tissu Sa main passa sous la table, me caressant gentiment les cheveux. Puis elle passa à son entre-jambe, et sorti son sexe du pyjama. Il était à demi bandé, je l’enfournais bien vite dans ma bouche, où après peu de temps il retrouva toute sa dureté. Je la suçais du mieux que je pus, et dans un soupir de satisfaction, elle vint dans ma bouche, son nectar tout chaud descendant dans ma gorge que j’aimais cette sensation ! Tandis que je me redressais, elle me tendit un paquet. - Tiens Aline, j’ai un cadeau pour toi. Je la remerciais, et pris le paquet. Je l’ouvris, c’était une boîte à chaussure. A l’intérieur, de superbes escarpins, noirs, vernis, avec un talon de 10 cm ! - Tu devras t’entraîner au début, ...
    mais je suis sûre que tu aimeras. - Oh, merci Maîtresse, merci beaucoup ! Je vais les essayer tout de suite ! Je me débarrassais de mes escarpins avec les talons plus petits, et passais les nouveaux. Pour la pointure c’était parfait ! Par contre pour marcher pas évident du tout ! Je me promis de les mettre tous les jours un petit peu, jusqu’à ce que je marche normalement avec. Je clopinais jusqu’à ma chambre, sous le regard amusé de ma maîtresse, où je rechangeais de chaussures. Je passais la matinée à faire le ménage, et l’après-midi je travaillais au bureau de ma maîtresse, classant des papiers tandis qu’elle s’occupait de la comptabilité de l’école. Au milieu de l’après-midi, quelqu’un frappa à la porte. Elle leva la tête, et dit « Entrez ! » d’une voix forte. La porte s’ouvrit et M. Striker entra. - M. Striker ? Je ne vous attendais pas aujourd’hui - Bonjour Mrs. Benson, non, je sais, nous ne devions pas nous voir, mais je voulais en personne venir vous apporter la bonne nouvelle l’assureur accepte de payer ! J’ai téléphoné aux membres du Conseil d’administration, nous nous réunirons ici, après-demain. - Ici ? Ce ce n’est pas habituel d’habitude, on se réunit ailleurs - Je sais, je sais, mais ici ce sera mieux. Pour parler de l’école, des nouveaux fonds à récolter et nous pourrions leur présenter votre excellente soubrette ! - Mais mais vous rendez-vous compte ! Ces membres honorables de notre ville ! Vous voulez qu’ils crient au scandale ! - Ah, ah, ah honorable ? Mrs. ...
«1234...15»