1. Ma coquine


    datte: 28/05/2018, Catégories: Gay, Masturbation, Transexuels, Auteur: pasbeau,

    tendrement. Sa peau était douce et chaude. Je soupesais et triturais cette belle masse de chair flasque qui n’étant pas du tout en érection, laissait la peau de son fabuleux prépuce très largement distendue. Comme je lui faisais remarquer qu’elle était tout de même assez gonflée et rouge, il m’avoua qu’il avait passé des heures à se la tripoter dans l’après midi en m’attendant. Je jouais donc moi aussi avec elle à la tirer, à écarter son ouverture pour entre-apercevoir le méat et je tentais de la glisser vers le bas pour décalotter entièrement son gland. Mais sa queue molle ne me le permit pas et ce fut lui qui se le dégagea en la tirant fermement. Je le trouvais très beau, d’un joli rose mais j’eus peur de l’irriter et voulus l’enduire de salive. Mais tout de suite il m’arrêta, peur des maladies, et se le lubrifia avec sa propre salive. Je posais mon majeur sur toute la longueur du gland et remontais le prépuce par dessus mon doigt. Je le caressais ainsi longuement en tournant mon doigt autour du gland et en imaginant tout ce qu’on pouvait faire comme cochonnerie avec un prépuce pareil. Je me voyais avec sa bite molle en bouche et ma langue s’introduisant et tournant sous la peau pour lécher son gland. C’est alors qu’il me demanda me lever et m’ouvrit la braguette pour me baisser mon pantalon. Il frotta son visage sur la bosse de mon slip, et me mordilla tendrement ma queue par-dessus le tissus. Puis il me baissa mon slip, me fit rasseoir et se mit à me branler doucement. ...
    Il me dit que ma queue lui plaisait, qu’elle était bien dure. C’était doux à entendre mais il était temps de passer aux choses sérieuses. On se déshabilla tous les deux, ne gardant pour lui que son petit haut rose, moi mon tee-shirt et nous dirigeâmes dans la chambre Il installa un épais oreiller au milieu du lit, un drap de bain par-dessus, me montra la boite à gants en caoutchouc sur la commode et me donna le flacon de lubrifiant. Il installa une immense glace face au lit, et s’allongea sur le dos, les fesses bien relevées par l’oreiller. Il écarta en grand les cuisses et remonta les jambes très haut. Il avait la raie culière parfaitement épilée et m’agenouillant devant elle, je pus me régaler de la belle ouverture brune de sa chatte légèrement boursouflée, due sûrement aux nombreux fists qu’il s’était imposé lui-même. J’enfilais les deux gants, me lubrifiais allègrement la main droite et lui tartinais la raie. J’y étais enfin, face à cette chatte offerte, et mon sexe se mit à gonfler… Je vis comme dans un rêve mon premier doigt s’enfoncer en elle, aller et venir lentement entre ses chairs chaudes avant d’être rejoint par un deuxième, puis troisième. Je fouillais avec envie son intimité et mon quatrième doigt rejoignit sans difficultés les autres. La moitié de ma main en lui, seul mon pouce à l’extérieur butait sur ses couilles et empêchait la pénétration totale. Mais sa chatte incroyablement souple m’appelait. Mon pouce forma avec mes autres doigts une sorte de cône et ...