1. Mes premières expériences homosexuel


    datte: 29/05/2018, Catégories: Gay, Masturbation, Première fois, Auteur: Vincent_21,

    À la toute fin des années 1970 j'intégrais un lycée agricole situé dans la banlieue nord de Lyon. C'était un lycée mixte qui accueillant 300 élèves environ mais seulement 2 ou 3 filles. Comme j'habitais à 200 kilomètres de là j'étais interne et ne rentrais chez mes parents qu'un week end sur trois. À l'époque, ma seule activité sexuelle se limitait à une masturbation par jour au minimum. Je n'avais jamais eu de relations sexuelles avec une fille et, même si à partir de l'âge de 10 ans environ, j'aimais voir les sexes poilus des garçons plus âgés que moi qui faisaient partie du même club de natation, je ne ressentais pas spécialement d'attirance physique pour eux et je n'imaginais pas ce que deux garçons pouvaient faire ensemble. Au lycée nous étions en dortoirs de 6 et, le premier soir lorsque nous nous sommes couchés, j'ai discrètement jeté un coup d'œil sur mon voisin de chambre (Hubert de son prénom). Il portait un mini slip blanc assez fin qui laissait bien voir la forme de son sexe, de belle taille, placé à l'horizontal et j'ai remarqué qu'il avait une ligne de poils noirs assez épaisse entre le pubis et le nombril. J'en ai donc conclu qu'il avait également un pubis assez fourni. La vie au lycée se déroulait sans problème et je voyais régulièrement mes copains de classe en sous-vêtements, soit lorsqu'on se changeait pour aller en travaux pratiques ou en sport, ou le soir au dortoir et quelquefois nus aux douches (les douches étaient individuelles ce qui fait que l'on ...
    était nombreux à se déshabiller dans les cabines). Certains avaient pratiquement des corps d'adultes, d'autres étaient loin d'être formés. Je faisais quand même attention à être discret quand je les regardais car je ne voulais pas être traité de PD (on ne disait pas gay à l'époque) et, moi-même, je ne me considérais pas comme attiré par les garçons même si, en fait avec le recul, je ne peux que constater que ma part d'homosexualité se développait. Autre chose qui aurait dû m'alerter sur mon homosexualité naissante : voir les poils noirs et frisés qui étaient tombés dans les urinoirs m'excitait au plus haut point et j'aimais bien m'enfermer dans une cabine de WC pour écouter les autres garçons lorsqu'ils entraient dans une autre cabine et baissaient leur pantalon. Certains baissaient leur pantalon et leur slip en même temps ce qui faisait que je n'entendais que le bruit du pantalon, d'autres baissaient leur pantalon puis leur slip. J'entendais alors le bruit plus léger du slip qui glissait sur les cuisses et j'imaginais le sexe surmonté de sa touffe de poils noirs qui apparaissait. Ces images me donnaient l'occasion de me masturber, soit immédiatement dans les WC, soit le soir dans mon lit, le slip baissé jusqu'aux genoux pour m'éjaculer sur le ventre ou à travers mon slip pour éjaculer dedans. Les week ends où je restais au lycée étaient sympas : nous n'étions qu'une vingtaine et deux surveillants et nous pouvions sortir les après-midi entre 13 h 00 et 19 h 00. J'allais donc à ...
«1234...»