1. Mon mari ne réfléchit jamais


    datte: 31/05/2018, Catégories: ff, Collègues / Travail, amour, dispute, fmast, Oral, initff, Auteur: Lucia, Source: Revebebe

    Assise devant mon ordinateur, plongée dans des tableaux Excel avec des dizaines de lignes, je cherche à comprendre d’où peut provenir une erreur de facturation sur la ligne « frais de missions », quand Outlook m’annonce que j’ai de nouveaux messages. Il y en a deux. J’ouvre le premier. C’est un rappel pour le cadeau de départ d’une collègue qui mute, une très bonne amie qui est souvent venue à la maison. Vite, je prends un billet dans le portefeuille et cours chez Martine, qui s’occupe de la collecte. En revenant à mon bureau, je pense enfin à me présenter à vous : Isabelle, trente-cinq ans, et comptable dans une boîte de recherche pharmaceutique. De nouveau assise à mon poste, j’ouvre le second message, et là je pousse une exclamation : — Oh non, encore elle ! Mais pourquoi elle s’acharne ? C’est un mail de Josie, une collègue des Ressources Humaines. Lesbienne notoire, elle a malheureusement jeté son dévolu sur moi. Depuis quelques semaines, elle ne cesse de venir me trouver dans le bureau, m’invite à sortir et m’écrit de nombreux mails, quand ce ne sont pas des billets doux. En voici un extrait : Je lui réponds tout simplement que je suis prise. Parfois ses mails sont équivoques, elle invente un monde érotique où je serais son seul objet de désir. Souvent ses mails me dérangent, je suis mariée et je n’ai jamais vraiment eu l’envie de sortir avec une femme. Mais flattée de plaire, je la laisse continuer son petit manège. Il ne faut jamais mépriser ceux qui nous trouvent du ...
    charme ! Une fois, cependant, ses mots m’ont touchée. Elle m’imaginait nue, elle se voyait me déshabiller dans la grande salle de réunion, un soir après que tout le monde soit parti. Sûre d’elle-même, elle m’attachait les mains et les chevilles, pour ensuite caresser tout mon corps. Elle me disait qu’elle écrivait ses mails à une main, l’autre étant souvent placée entre ses cuisses. M’imaginer nue, attachée et soumise aux caresses des jolies mains de Josie, était une idée plaisante, et ce jour-là je m’étais moi-même retrouvée aux toilettes pour me changer les idées. Les jours passent, et vient celui du pot de départ de ma collègue. Ce jour-là, Laurent mon mari m’accompagne. Toute la boîte est là. Laurent ne connaît pas grand monde. Il observe. Soudain, son regard se pose sur une femme qui semble différente. Elle est grande, fine, les cheveux courts, et surtout elle est habillée comme un homme, en costume noir, chemise blanche et cravate. D’ailleurs, Laurent n’était pas sûr de son sexe, au premier regard. Il vient me trouver : — Isabelle, qui est donc cette femme qui parle avec ton chef ?— C’est Josie, une collègue des Ressources Humaines.— Elle est super bandante habillée comme ça, tu la connais bien ? Là dans ma tête, j’ai deux options : lui dire la vérité, que cette fille ne cesse de me draguer depuis des semaines, et alors l’exciter à mort ou simplement lui dire que je la connais juste parce que je travaille avec elle. C’est cette option que je choisis. Mais il ne s’arrête ...
«1234»