1. Coquillages et doigts de pieds (1)


    datte: 02/06/2018, Catégories: Inceste, Auteur: nevermore74, Source: Xstory

    Les vacances d’été venaient de commencer et j’avais quitté l’internat de mon lycée pour rejoindre mes parents qui avaient loué une villa sur la côte d’Azur. L’année passée, j’avais échoué de quelques points seulement au baccalauréat et mon père avait décidé que pour mon redoublement, l’internat me donnerait toutes les chances de mieux travailler. Il m’avait également promis qu’en cas de succès à l’examen et ma majorité récemment acquise, mon permis de conduire me serait offert. Durant cette année d’internat, j’avais non seulement suffisamment bien travaillé pour obtenir mon bac mais j’avais aussi révélé mes penchants bisexuels avec mes camarades de pensions. Plutôt grande et mince, des cheveux blonds coupés très courts qui mettaient en valeurs mes yeux verts, j’avais eu pas mal de succès auprès de mes compagnes de dortoir. Pour l’heure, j’avais du délaisser Nadège, ma dernière petite amie en date. Elle aussi avait dû rejoindre ses parents mais sur la côte atlantique et l’éloignement nous pesait à toutes deux. Nous nous téléphonions plusieurs fois par jour mais j’avoue que ses baisers et ses caresses me manquaient cruellement et je compensais en me masturbant chaque fois que je le pouvais. Cet après-midi-là, mon père était parti pêcher en mer avec un groupe d’amis et il ne devait rentrer qu’en soirée pour ce qui s’annonçait comme un interminable apéritif. Ma mère et moi avions donc décidé de profiter de la piscine clôturée par une végétation haute et de bronzer nues à l’abri ...
    des regards indiscrets. Après quelques brasses dans l’eau fraiche, nous avions « tombé » les maillots et allongées tête-bêche sur nos draps de bains, nous regardions le ciel en laissant les rayons du soleil glisser sur notre peau. Je me redressai légèrement pour prendre mes lunettes de soleil et par hasard, je posais les yeux sur le corps de ma mère. Celle-ci était aussi brune que j’étais blonde et, si j’avais pris soin d’épiler ma chatte, celle de ma mère en revanche se couvrait d’un tapis d’ébène au triangle parfaitement entretenu. Innocemment, je lui demandais pourquoi elle ne s’épilait pas : - C’est ton père qui préfère. Il dit que ça conserve mieux les arômes ! » Avec ma mère, nous avions toujours eu une grande liberté de paroles et de ton. Nous évoquions nos sexualités sans détour mais je dois avouer que cet aveu et le manque sexuel qui me tenaillait le ventre depuis des jours, me fit l’effet d’un coup de bâton. L’idée d’une bouche fouillant ce sexe gluant pour en goûter les sucs les plus intimes me donna une envie furieuse de porter la main à ma chatte. Mais je me retins et pour me rafraichir les idées, je proposais à ma mère d’aller nous chercher deux sodas. Elle acquiesça avec plaisir et quelques instants plus tard, j’étais de retour avec deux grands verres. Je posais celui de ma mère près de sa tête et mes yeux glissèrent encore vers sa poitrine lourde aux seins généreux couronnés de larges aréoles brunes, sa toison épaisse, ses cuisses bronzées, jusqu’à ses pieds ...
«1234»