1. L'orage et la rousse


    datte: 03/06/2018, Catégories: Hardcore, Masturbation, Auteur: Pierre30000, Source: xHamster

    Une belle journée de début d'été, je me promène en 4x4 sur le Larzac. Brusquement le ciel s'obscurcit et l'orage éclate. Continuant mon chemin à vitesse réduite je remarque un frêle silhouette sur le bord du chemin. Arrivant à sa hauteur la tête de ce randonneur se tourne vers moi, c'est une randonneuse. Je m'arrête à sa hauteur, elle ouvre la porte se vent froid et humide envahit la voiture. Montez vite ! Elle jette son sac à dos à l'arrière et s'installe. Quel temps ! &#034Bonjour, je suis Pierre&#034 &#034Et moi Chevronne, c'est Irlandais !&#034 &#034Vous êtes trempée vous allez att****r froid&#034 Pour la première fois je la regarde. La première chose que je vois sa chevelure, courte très courte , rousse presque carotte. Des taches de rousseur constellent son visage et ses yeux d'un vert profond me regardent. Sa chemise de coton, à carreaux verts et blanc, sans manche, lui colle à la peau. Je reste muet, ce spectacle me bouleverse, j'ai brutalement très chaud, je sens une brulure dans le bas ventre et mes tempes battent. Elle remarque mon trouble en souriant. &#034J'ai une couverture à l'arrière, si vous voulez vous pouvez l'utiliser pour vous réchauffer&#034 Elle passe entre les sièges s'appuyant au passage sur mon épaule en la serrant fortement. Quelle poigne ! Je reprends lentement la route, jetant un coup d'œil dans le rétroviseur je vois son dos, nu. Elle est en train de se débarrasser de ses vêtements trempés. Elle s'enroule dans la couverture et s'assied au ...
    milieu de la banquette face au rétroviseur, son sourire est encore plus craquant. Et si nous nous arrêtions en attendant que l'orage passe ? Je guète sa réaction dans le rétro. Le sourire ne change pas et le regard vert intense me fixe. &#034Bonne idée !&#034 Il y a un petit chemin de pierres sur la droite je m'y engage, et au bout d'une centaine de mètres la voiture est à l'abris des regards. J'ai le souffle court, je n'ose pas y croire mais mon désir est si fort ... Je laisse le moteur tourner pour garder le chauffage, je me retourne pour la regarder directement. &#034Vous allez rester devant ?&#034 Je passe entre les fauteuils et me retrouve assis à coté d'elle. Elle semble avoir encore froid. &#034Tournes toi je vais te frotter le dos !&#034 Encore un sourire (elle semble accepter ce tutoiement), et elle se retourne. Je frotte son dos par dessus la couverture, c'est un plaid de laine fine très doux, vraiment très doux. Je sens ses muscles sous la laine, fermes bien dessinés. Mes mains remontent sur ses épaules et comme pas hasard la couverture descend un petit peu. Je découvre sa peau, claire, si claire, avec des millions de taches de rousseur. Une peau très douce, très fine. Je tire un peu plus sur la couverture et son dos se découvre tout entier. Elle a un taille fine, très fine et le sillon de sa colonne vertébrale est profond, tonique. Mes mains se posent sur sa taille, mes grandes mains en font presque le tour. Du bout des doigts je sens son ventre. Mes mains remontent ...
«123»