1. La nouvelle vie de Christine - Chapitre 20


    datte: 06/06/2018, Catégories: Hardcore, Mature, Partouze, Auteur: trouchard, Source: xHamster

    Avertissement : Ce récit raconte la déchéance et la soumission sexuelle d’une mère de famille. Si vous n’aimez pas ce genre de récits, fermez cette histoire.Deuxième rendez-vous à l'école. Je reçus un nouvel appel de Nelson GOBERT le mercredi après-midi. Il semblait très excité : - Le directeur a vu la vidéo. Il appelle Christine pour la convoquer ce soir à l’école. Bien sûr, je lui ai parlé de vous et de la situation. - Et les autres enseignants ? demandai-je. - J’ai d’abord montré le film au directeur qui souhaitait un peu de temps seul avec elle. Je donnerai le film aux autres quand nous terminerons ce soir et peut-être seront-ils convaincus demain. - D’accord. Dis-je en raccrochant. Durant la journée, je ne vis pas Christine prendre d’appels téléphoniques. Mais à 16h55, elle m’appela pour me dire que le directeur de l’école voulait la voir ce soir à 19 heures. Inquiète, elle me demanda : - Pensez-vous qu’il veuille parler de ce qui s’est passé vendredi soir. ? - Non ne t’inquiète pas salope. Répondis-je en raccrochant et attendant qu’elle descende de son bureau. Sur le chemin du retour, je lui demandai pourquoi le directeur voulait la voir et elle me dit que c’était pour sa fille Alice. Je savais très bien que Nelson en était la cause et que nous avions convenu qu’Alice serait l’excuse Alors que nous arrivâmes à la maison, ma belle-mère dit : - Je n’ai pas envie d’aller à cette réunion ce soir. Tout en entrant dans la maison, je rétorquai : - Tu es obligée d’y aller. Toi ...
    ou ta fille pourriez avoir des ennuis si tu ne réponds pas à une convocation. - Oui je sais. Dit-elle à contrecœur. Christine se vêtit d’un pantalon et d’un chemisier strict sur un soutien-gorge classique. Le directeur ne lui avait rien demandé au sujet de ses habits. Il ne voulait pas l’alerter sur les principales motivations de la convocation. Nous nous arrêtâmes sur le parking visiteur de l’école et entrâmes à l’intérieur. Nous restâmes quelques minutes à la réception puis nous entendîmes une porte s’ouvrir dans le couloir qui mène à la salle des profs et le bureau du directeur. Un homme assez grand arriva et se dirigea vers nous avec un grand sourire sur le visage. Il me tendit la main et me fit un clin d’œil : - Bonjour, je suis Claude RINCLOT, directeur de cette école. Et vous êtes ? - Je suis le gendre de Christine. Je suis ici pour la soutenir moralement. Dis-je en souriant. Il regarda de bas en haut ma belle-mère puis dit : - Christine, nous nous sommes déjà souvent rencontrés n’est-ce pas ? Je sentis ma soumise mal à l’aise. Le directeur continua : - Si vous voulez bien me suivre dans mon bureau. Il tourna les talons et partit dans le couloir, suivi de Christine puis de moi. Nous le suivîmes dans son bureau qui était assez petit. Il avait disposé de chaque côté de son fauteuil en cuir deux sièges. Dans le coin, était disposée une table avec un téléviseur et un lecteur DVD. Il nous fit signe de nous asseoir. Il dit : - Maintenant, je ne vais pas tourner autour du pot ...
«1234...11»