1. LES PETITS PATINEURS


    datte: 06/06/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: CHRIS71,

    J’avais huit ans lorsque ma maman fane de Candeloro m’a inscrite à la patinoire de notre ville pour que je fasse du patin à glace. Très rapidement, les professeurs voyants que ma motivation ne ferait jamais de moi un champion m’ont mis dans les pattes une petite grosse qui dès qu’elle se mettait sur les lames se ramassait lamentablement. Ils avaient décidé de faire de nous des champions de danse sur glace. Pendant deux ans, j’ai appris les fondamentaux avec Valériane ne m’approchant d’elle que pour la relever quand elle décidait d’aller faire un tour sur ses fesses. Aux environs de nos onze douze ans, nous avons commencé à pouvoir nous toucher mais simplement pour des mouvements simples. C’est à ce moment-là que ses parents ont eu l’idée de l’affubler d’un appareil dentaire qui l’enlaidissait encore plus que sa beauté naturelle qui n’était pas mon type. J’étais depuis le début amoureux de Sylviane, la jeune fille à qui l’on prédisait de très beaux jours dans le monde de la glace féminine. Elle devait devenir minimum championne de France voire d’Europe. Nous ne nous changions pas dans les mêmes vestiaires. J’avais vu un jour un homme passé une fraction de seconde par la fenêtre de notre vestiaire par un morceau déchiré d’une feuille qui avait été mise pour obstruer la vue. J’ai trouvé que cet homme était passé par une porte de sécurité donnant à l’arrière de la patinoire, un montant de bois de forme convexe permettait d’atteindre une plate-forme technique qui donnait sur les ...
    fenêtres des vestiaires hommes et femmes. Une plaque de plastique me protégeait de la vision des filles et avec mon couteau suisse, j’ai ouvert un petit carré qui me protégeait de leur vue. Des feuilles autocollantes blanches ont été posées mais des grands morceaux ont été déchirés et surtout une bonne partie de celle des filles donnant sur la sortie des douches me permettant de voir sans être vue. C’est comme cela que j’ai fait mon éducation sexuelle en remarquant l’évolution des chattes et des seins de ces demoiselles et surtout celle de Sylviane assez en avance et dont les seins n’ont pas mis longtemps à prendre du volume. Valériane avait son vestiaire personnel comme chacun où chacune d’entre nous et était placée le premier à la sortie des douches. Sylviane avait le vestiaire contigu à mon petit boudin. Plusieurs fois, j’ai pu voir sa chatte ouverte lorsqu’elle remettait ses socquettes. J’ai pu approcher jusqu’à la toucher en la regardant avec de petites jumelles achetées avec mes économies. À quelques mois près il n’y avait pas photo entre les deux filles, Sylviane devenait bandante par rapport à mon horrible petit canard. Elles avaient quatorze ans lorsque les deux filles ont commencé à se rapprocher l’une de l’autre physiquement. Mon petit canard comme dans le récit devenait un joli signe. En patinant, j’arrivais au moment où il fallait faire glisser ma partenaire pour avoir des mouvements harmonieux commençant à ressembler à une danse. Il fallait faire attention qu’un ...
«1234»