1. Un hôtel particulier


    datte: 07/06/2018, Catégories: f, fh, ffh, fbi, nympho, hotel, soubrette, Voyeur / Exhib / Nudisme, fmast, Oral, Oral, pénétratio, fdanus, fsodo, couple+f, Collègues / Travail, Auteur: Jade.E,

    Je suis là devant mon ordinateur à lire les offres d’emploi depuis dix bonnes minutes. Trente ans et une fois encore sur le marché de l’emploi ! Une annonce attire mon attention : « Pourquoi pas , me dis-je.Après tout il n’y a pas de sot métier et j’ai besoin de travailler pour payer mes factures. Le marché de l’emploi ne m’offre pas beaucoup de possibilités donc autant prendre ce qu’il y a et chercher autre chose en parallèle». Je compose donc le numéro de téléphone pour postuler. — Bonjour, je vous appelle au sujet de votre offre d’emploi, est-elle toujours d’actualité ?— Oui madame, répond la voix grave d’un homme.— Est-il possible de vous rencontrer ?— Si vous êtes disponible aujourd’hui, venez vers 15 h.— Ok, à tout à l’heure, dis-je en lui déclinant mon identité. Enfin un entretien ! Trois mois que je rame. Je file dans ma chambre me préparer. Comment vais-je m’habiller ? J’ouvre mon armoire et prend une jupe droite et un chemisier. Les femmes de ménage dans les hôtels ont toujours des uniformes, il faut que je m’en approche pour avoir ce poste pour régler mes fichues factures en retard. Je me présente à l’heure dite. Le patron, un homme d’une bonne cinquantaine d’années, me reçoit. Il a une façon de me regarder limite gênante mais je n’ai pas les moyens de faire la fine bouche, il me faut ce poste. Il m’explique ce qu’il attend : — L’hôtel a une vingtaine de chambres. Il vous faudra servir en chambre ou dans le salon, le petit déjeuner et ensuite faire les chambres, ...
    vous serez payée deux cent euros au-dessus du smic et, suivant votre efficacité, nous pourrons vous augmenter. « Jusque là rien d’insurmontable et en plus un bon salaire », me dis-je. — Mon fils et ma belle fille travaillent avec moi. C’est une ambiance familiale et beaucoup de nos clients sont des habitués. Si vous êtes libre immédiatement, vous pouvez commencer demain. La fin de mes galères ! — Je peux commencer demain.— Dans ce cas, je vais vous faire visiter et vous donner votre tenue. La visite commence. Je trouve qu’il se colle un peu trop mais ambiance familiale, a-t-il dit ! La visite se termine par la lingerie où il me donne un uniforme, non sans m’avoir reluqué avant. — Pour être sûr que la taille est bonne, essayez donc, que nous n’ayons pas à régler ça demain matin. Dans quoi suis je tombée ? Dois-je prendre mes jambes à mon cou ou rester ? « Factures, ma belle », me rappelle ma conscience ! — Où puis-je me changer ?— Ici mademoiselle.— Devant vous ?— Vous savez, j’ai déjà vu une femme. Et en plus, il a de l’humour ! Je me retourne, enlève mon corsage et enfile celui qu’il m’a fourni. La taille est un peu juste. Mes seins généreux coincés dans ce morceau de tissu sont un véritable appel au vice. Je retire ma jupe. Je suis sûre qu’il n’en perd pas une miette. Pourquoi ai-je mis des bas autocollants aujourd’hui, et ce string ! J’enfile la jupe qui complète l’uniforme. Elle est courte et plissée. Si je me baisse, je suis certaine qu’on voit mes bas et mes fesses. Je me ...
«1234...9»