1. Ma drole de famille (4)


    datte: 08/06/2018, Catégories: Inceste, Auteur: zooph34, Source: Xstory

    Je m’allonge sur le dos, en une seconde elles font valser le drap et se jettent sur moi, l’une sur mon sexe, l’autre sur ma bouche dans un baiser ardent tout en me malaxant les seins. Je me laisse faire, j’adore ce genre de situation, avoir plusieurs personnes qui s’occupent de moi, et mon corps apprécie le moment. La langue d’Aline m’aspire le clitoris tandis que les dents de Paule me mordillent doucement mes tétons durcis. Deux doigts me labourent le sexe vite accompagné d’un troisième tandis qu’un pouce me malaxe le clitoris. Je sens une vague se créer au fond de mon ventre, elle gonfle, remonte vers ma poitrine et descend dans mes jambes. Quand elle arrive à mon cerveau, mon corps est tendu, il tremble et est secoué de spasmes violents. J’explose dans un orgasme terrifiant, en poussant un grondement sourd, rarement mon corps a été emporté par le plaisir de cette manière, rarement ma peau n’a été irradiée de la sorte, m’emportant aux cimes du plaisir. Heureusement que je joui tout le temps en silence, sinon toute la maison aurait été réveillée. Elles ne s’arrêtent pas pour autant et restent actives sur mon corps, je sens tout à coup des lèvres sur les miennes, mais à la différence de tout à l’heure, elles sentent ma propre cyprine, c’est Aline quoi m’embrasse pendant que Paule s’occupe de mon sexe. Mais cette fois se sont quatre doigts qui s’enfoncent dans mon sexe qui les accepte sans problème. Les mêmes causes causant les mêmes effets, je repars dans un second ...
    orgasme tout aussi intense. Je suis arque bouté sur le lit, mon corps raide comme un arc subi les secousses de l’orgasme qui le dévaste. Je n’en peux plus, je suis anéanti par le plaisir et je m’écroule sur le lit. Paule et Aline posent sur moi un regard plein d’amour et de satisfaction du but atteint. –Tu as aimé ? –Vous ne pouvez savoir à quel point, vous êtes les déesses de l’amour saphique, je n’ai jamais joui comme ça avec une femme, pardon des femmes. –Donc, on pourra recommencer ? –Bien sûr mes chéries, mais maintenant il faut me laisser, il est plus de cinq heures du matin et je suis anéanti. –Ok Laure, on va se coucher, dors bien. Elles sortent de ma chambre, nues, et je remarque qu’elles étaient venues dans la même tenue, je vois deux magnifiques paires de fesses onduler devant mes yeux et disparaitre derrière la porte. Je commence à me poser des questions, mais la fatigue me terrasse et je m’endors une nouvelle fois comme une masse. Le lendemain, je me réveille relativement tard, il est plus de neuf heures et demie et tout le monde est sur le pont à vaquer à ses occupations. Mes premières pensées vont à Michel et son énorme queue, ce qui a pour effet immédiat de me donner envie de jouir. J’enlève les draps qui me couvrent et porte ma main sur mon pubis. Mon majeur se glisse entre les poils et arrive sur mon clitoris. Il est un peu sec et je glisse mon doigt dans ma vulve pour l’humidifier. Très vite mon doigt est suffisamment lubrifié pour aller s’occuper de mon petit ...
«1234...7»