1. souvenirs d'ado...


    datte: 08/06/2018, Catégories: Gay, Masturbation, Première fois, Auteur: gva-dicks,

    mon attraction pour le naturisme date de ma jeunesse.... j'ai grandi en zone péri-urbaine, encore très campagnarde avec de vastes espaces de bois et champs.... Je ne me souviens plus quand j'ai commencé à fantasmer sur l'idée d'être à poil en nature mais j'ai des souvenirs très nets et très chouettes de mon adolescence, où je sortais de nuit dans le jardin, je laissais mon t-shirt dans un fourré et je partais à poil dans les champs. Je m'étais fabriqué un string avec un triangle qui me cachait la bite et les couilles et une ficelle qui m'entrait dans la raie des fesses. La sensation de cette ficelle du reste me faisait toujours bander, si bien que le triangle de tissu ne parvenait pas à contenir son précieux chargement... J'ai parcouru ainsi tous les étés toute la campagne autour de chez nous presque chaque nuit, la queue tendue dans mon mini-string.... je ne sais pas exactement ce que je cherchais, je crois que je cherchais surtout l'excitation de faire quelque chose d'interdit et cette excitation se traduisait par une érection puissante et durable... Je ne rencontrais personne, et en fait j'aurais eu très peur si je rencontrais quelqu'un, je n'aurais pas su comment réagir... Jusqu'à une nuit d'été où, dans un bois, j'ai surpris deux mecs en train de se branler. J'avais été très silencieux et ils ne m'avaient pas entendu. C'est moi qui les avais remarqués car ils faisaient un peu de bruit en bougeant et soupirant et ne se doutaient pas du tout de ma présence. J'étais ...
    déchiré entre la peur d'être surpris et la curiosité de les mater.... je suis finalement resté pour les mater. Je me suis approché tout doucement pour mieux les voir...dans l'obscurité on devinait plus qu'on ne voyait, ce qui protégeait aussi. Je me souviens que mon cœur battait à tout rompre, tant j'étais excité et stressé en même temps. Sous l'effet du stress j'avais évidemment débandé, mais cela n'était plus ma préoccupation... je voulais voir sans être vu. J'ai pu m'approcher assez près pour bien distinguer ce qu'ils faisaient. Il se suçaient à tour de rôle, leurs sexes étaient tendus et gros, je n'en avais encore jamais vu en réalité, je n'en voyais que sur les films de cul que je matais en secret... Je me souviens que, progressivement, je me suis senti à l'aise en les matant, et mon excitation est revenue peu à peu... j'ai été surpris de bander à nouveau aussi vite... la tension de ma queue dans le tissu du triangle tendait la ficelle dans mon cul, et cela contribuait à m'exciter encore davantage. Je suis resté accroupi un long moment et j'ai senti que je m'ankylosais. Je me suis déplacé doucement pour me mettre à quatre pattes...mais les fourmis dans une de mes jambes m'ont handicapé dans mon mouvement et j'ai glissé. Le bruit de feuilles mortes et de petits branchages écrasés les a surpris et ils se sont redressés et ont regardé dans ma direction... inutile de tenter de me cacher j'étais à deux mètres à peine, derrière un buisson certes, mais leur lampe de poche me débusqua ...
«123»