1. Maîtresse Viviane


    datte: 09/06/2018, Catégories: hh, fhh, hsoumis, facial, Oral, double, hdanus, Auteur: Eurydice Jenkins,

    La question que je m’étais posée était « Combien de positions un homme peut-il adopter pour se faire doigter le derrière par sa maîtresse ? » Et quand je dis maîtresse, je l’entends dans les deux sens : maîtresse parce que je la baisais en trompant mon épouse, et Maîtresse parce qu’avec elle j’avais décidé d’explorer les plaisirs de la soumission la plus complète. Viviane avait donc décidé de répondre à ma question en me mettant le doigt dans le fondement dans toutes les positions possibles, les unes après les autres. Elle avait découvert presque par hasard que j’étais assez sensible aux caresses très appuyées dans cette région de mon corps. Nous étions nus, couchés, et ses ongles s’étaient aventurés sur mes fesses. Ma réaction, la remontée soudaine de mes reins à la rencontre de ses doigts l’avait amusée. Elle avait laissé courir sa main entre les deux globes, s’était approchée de l’orifice, avait passé un doigt léger sur l’écrou et mon gémissement de plaisir lui avait ouvert des horizons. — Tu aimerais que j’entre ? m’avait-elle demandé. Le « oui » enroué qui était sorti de ma gorge l’avait ravie. — Offre-toi, avait-elle ajouté. Je m’étais alors allongé totalement sur le ventre, jambes et bras écartés, et j’avais relevé mon arrière-train. Elle avait ri et m’avait pénétré un petit peu, un tout petit peu, du bout du doigt. Mais elle n’était pas allée plus loin, se réservant pour une autre fois et j’avais gémi de frustration lorsqu’elle était ressortie de moi. Mais elle ne ...
    s’était pas laissé fléchir, et c’est ce que j’aimais le plus dans notre relation. À notre rencontre suivante, nous nous étions retrouvés dans l’un de ces hôtels dont les portes s’ouvrent par des digicodes, presque sans personnel. La chambre contenait les habituels deux lits, le lit double en bas, le lit simple au-dessus, une petite salle de bain dans un coin de la pièce, une télévision dans l’autre, et un lavabo surmonté d’un miroir dans le dernier. — Je me demande combien de gens viennent ici à trois ? avais-je demandé, sur un ton léger, avant que les choses sérieuses ne commencent.— Plus que tu l’imagines, m’avait-elle répondu.— Et vous, Maîtresse, l’avez vous déjà fait à trois ? avais-je osé demander. Le regard noir qu’elle m’avait lancé à cet instant m’avait fait abandonner toute envie de lui poser d’autres questions. Elle commandait, j’obéissais, je n’avais pas à l’interroger ! — Pour la peine déshabille-toi ! J’avais donc retiré tous mes vêtements tandis qu’elle gardait les siens. Être nu devant une femme habillée a son charme. Mais aussi remet les gens à leur place : la Maîtresse, le soumis — Va te mettre face au miroir. Appuie-toi des mains au lavabo. Écarte un peu les jambes J’avais adopté la position. Elle m’avait ainsi laissé quelques minutes, sans plus faire attention à moi, puis était arrivée derrière moi. J’avais senti sa main écarter mes fesses, un doigt chercher l’entrée, et elle s’était enfoncée vigoureusement dans mon cul. J’avais gémi, presque crié sous la ...
«1234»