1. Une famille bien recomposée (7)


    datte: 09/06/2018, Catégories: Inceste, Auteur: kikou_boy,

    Chapitre 7 – Vérification : Le début de la fin (n’ayez pas peur, ce n’est pas la fin du roman mais plutôt de la saison 1) Depuis que Norman m’avait révélé le fait qu’il couchait régulièrement avec ma mère et qu’il se trouve qu’elle est une perverse jusqu’à l’os, je ne me tenais plus et j’avais hâte de rentrer chez moi pour vérifier ce que venait de me raconter mon cousin car en plus de cela, Norman m’a confié que Mathilde était inquiète pour moi et avait envie que je rentre au plus vite car je lui manquais. Dès que je suis arrivé, je sentais que quelque chose avait changé. Je n’avais pas prévenu ma mère de mon arrivée étant donné que j’eus l’idée de revenir au domicile familial à partir du moment où Norman m’a raconté son histoire. Pour vous décrire la pièce en quelques mots, la lumière était éteinte, les rideaux fermés, des bougies étaient étalées sur la plupart des meubles du salons (bar, placards, table et table basse, etc ) et une musique douce emplissait la pièce. Ne voyant pas Mathilde dans la pièce, ni dans la cuisine, dans la salle à manger non plus, dans le bureau également, je décide de l’appelé : - Maman ? - Mon poussin, tu es de retour ? ça me fais plaisir de te revoir, attends-moi dans le salon, j’arrive tout de suite, je sors du bain. - Je peux monter poser mon sac vite fait quand même ou pas ? - Euh Non, pas la peine, tu t’en occuperas après avoir mangé. Dis-moi plutôt comment se fait-il que tu décides de revenir auprès de ta « chère maman ». Je ne savais pas ...
    quoi dire, je n’allais pas lui dire cash « Parce que Norman m’a raconté votre histoire et qu’il parait que t’es une cochonne comme pas possible et je veux voir si mon cousin n’est pas un menteur. », même si c’est ce que je pensais, je ne pouvais pas me le permettre. - Je voulais m’excuser de m’être emporté et de t’avoir laissé pour partir avec tante Marie. - Chéri, ne t’inquiètes pas pour moi. De plus, comme tu as pu le comprendre en vivant chez Marie pendant deux semaines, je n’étais pas toute seule. - Ah, ça, je suis au courant de Merde, je suis mort, j’en ai trop dit je sens que je suis allé trop loin. Tout dépend si ma mère a compris ou pas. - Ton cousin t’a expliqué ce qui s’est passé en ton absence ? Le salaud, il m’avait juré de ne rien te dire pour que je puisse te le dire moi-même ! - Ce n’est pas sa faute, c’est le remords qui l’a poussé à bout, en plus, j’ai moi aussi quelque chose à t’avouer. Pendant que je parlais, la voilà qui termine sa préparation, et qui descend les escaliers pour me rejoindre en bas. Quand elle arrive, elle est habillé d’un joli peignoir rouge en satin avec des fleurs noires style geisha japonaise, les cheveux en chignon, les jambes gainées de bas couleur chair et chaussées de ballerines noires. Elle s’approche de moi, me tend les joues et me fais un bisou assez appuyé pas très loin des lèvres. Je reste bouche bée devant une telle beauté. - Alors Kévin ? Qu’est-ce qui t’arrives mon chéri ? - Rien, *mmmrrrr*, rien du tout, c’est juste que que ...
«1234»