1. Ballade en campagne.


    datte: 10/06/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Laurencec,

    Juin 2015, j’étais seule à la maison pour une semaine de congés, suite à une baisse d’activité et pour mal faire ou bien, c’est selon ! Mon mari en déplacement depuis déjà une dizaine de jours. Je ne vais pas prétendre que j’étais en manque de quoi que ce soit, non. Mais il y a des jours comme cela où tout souri et tout n’est que plaisir. " "Je m’étais levée en forme ce matin là. Une des premières journées chaudes enfin vraiment chaude pour nous dans le Nord Joyeuse et de bonne humeur, je prenais soin de moi en cette belle matinée. Soins du corps, passage par l’épilation, bref la totale. J’ai passé ma matinée dans ma salle de bain pour un plaisir que seule nous les femmes pouvons comprendre. Après la petite collation du midi, je suis allée m’étendre sur le bain de soleil, pour ne rien vous cacher Nue comme un ver sur la terrasse Rien que de laisser ma robe légère glisser le long de mon corps m’avait donné un tel frisson. Cela laissait présager une belle journée. " "Une fois de plus il y a des jours comme cela. Je grillais au soleil et l’envie de fraîcheur s’est faite ressentir. Debout j’enfilais ma robe par le bas. Celle-ci me cuisait la peau, le tissu rendu encore plus brûlant par le carrelage. J’oubliais volontairement le petit écrin de tissu, voilant d’ordinaire mon intimité. Entièrement nue sous une petite robe d’été blanche à bretelle, je me sentais rayonnante. Je me laissais tenter par une petite ballade dans la nature le long du canal d’Hazebrouck, un endroit de ...
    verdure quelques peu boisé par endroit. Notre région regorge de ces chemins étroits qui jadis servaient aux chevaux de traits pour tirer les péniches avant que celles-ci ne soient équipées de moteurs. On les appelle chemin de halage. J’aime parfois m’y promener ne serait ce que pour prendre un grand bol d'air. Cet après-midi là, le fait de me sentir dénudée et de m’être entretenue le matin Cette chaleur L'ensemble de tout cela me grisait. Plus que le bol d’air, l’idée de me sentir au frais, de me promener à poil sous ma petite robe tellement légère, cela peu paraitre vicieux, mais j’aime cela et me l’accorde trop peu souvent, faute de temps. C'était donc une occasion rêvée. " "Superbe idée en fait. Je me suis garée sur un petit parking que je connais déjà, engagé le long du canal. À peine descendue de voiture que la fraîcheur ambiante me caressait agréablement la peau. Une petite brise légère chargée d’humidité venait me taquiner les fesses pour un véritable sentiment de bien-être. J’ai marché un bon trente minutes me sentant on ne peu plus légère. J’appréciais le moindre courant d’air venant me caresser la peau. Un petit côté salace venait amplifier le plaisir, celui d’être dévêtue sous ma robe légère. La poitrine libre, les fesses à l’air et chacun sait que lorsque l’on vient de se raser de près, le sentiment n’en est que renforcé ! D’humeur joyeuse, je suis passée à celle de coquine, laissant mon imagination divaguer ! Rien de méchant lorsque l’on se ballade seule dans la nature ...
«1234...7»