1. Sylvia, femme d’action (2)


    datte: 10/06/2018, Catégories: Hétéro, Auteur: yug0lit0, Source: Xstory

    Chapitre 2 Ça faisait maintenant à peine un mois que notre jeune journaliste et son caméraman étaient otages entre les mains de ce groupe rebelle paramilitaire d’Amérique centrale. Grâce au marché que Sylvia avait conclu avec le chef, Carlos, ils bénéficiaient d’un traitement de faveur. Ainsi, durant quelques heures par jour, ils pouvaient filmer et interviewer leurs ravisseurs. Le reste du temps, ils servaient au camp. Thierry avait frôlé la catastrophe, mais grâce à Sylvia son cul n’a pas fini en garage à bites pour tous ceux qui le voulait. Cependant, déçus de ne pouvoir se soulager avec ce nouveau venu, les rebelles lui faisaient faire les pires besognes (nettoyage des latrines, vaisselle, vider les bêtes abattues lors des parties de chasse ). Il pensait que Sylvia, elle, n’était cantonnée qu’au ménage, à la lessive et à l’entretien de la hutte du chef, mais il ignorait qu’elle se faisait régulièrement sauter par leur hôte. Pas tous les jours, bien sûr, mais satisfaire les envies de Carlos en la matière faisait partie de l’accord qu’ils avaient passé. Indépendamment de leurs tâches au camp, Sylvia et Thierry utilisaient leur caméra pour enregistrer une sorte de journal personnel. Sylvia y cachait délibérément ses rapports avec Carlos, ne voulant pas que ça se sache. De son côté, Carlos ne disait rien à ses hommes ; toutefois, certains avaient des soupçons sur ce qui se passait entre lui et la journaliste alors que Thierry était de corvée de vaisselle. Au fur et à mesure ...
    de leur captivité, les guérilleros avaient entamé une sorte de dialogue avec les deux Français. Travaillant au quotidien avec eux, c’était devenu nécessaire pour se faire comprendre, mais tout en leur rappelant la place de chacun. Ils n’étaient et ne restaient que des otages. Sylvia et Thierry filmaient la vie au camp et interviewaient certains membres du groupe. Carlos leur ayant demandé de collaborer afin de se faire connaître aux yeux du monde ainsi que la situation réelle du pays, tous s’étaient prêtés à l’exercice. La tentative de soumission sexuelle dont il avait fait l’objet ayant été oubliée, Thierry avait fini par sympathiser avec certains membres du groupe, principalement ceux avec qui il travaillait. Toutefois, il gardait à l’idée qu’il lui fallait partir de ce camp, et vite. Sa femme étant enceinte, il s’inquiétait pour elle. Certains de leurs ravisseurs lui avaient confié avoir dû faire le sacrifice de leur vie de famille pour leur cause, il les comprenait parfaitement ; syndrome de Stockholm, nous voilà ! Plusieurs mois plus tard, Sylvia – comme Thierry d’ailleurs – cherchait à savoir où en était leur demande de rançon. Carlos, n’ayant eu aucune nouvelle, ne pouvait leur répondre. Carlos était un homme réglo. À force de le côtoyer quotidiennement en tant que colocataire, ils en avaient eu la certitude. Il était évident que le blocage venait des dialogues entre les deux pays. La junte militaire en place, n’aimant pas que des étrangers puissent raconter ce qu’elle ...
«1234...7»