1. Souffre-douleur (5)


    datte: 11/06/2018, Catégories: Trash, Auteur: JC-Convenant,

    Attention ceci est un bonus caché (mal caché, certes) ! En relisant les chapitres précédents une fois leur écriture achevée, j'ai eu l'idée d'une autre fin pour cette histoire. Le véritable épilogue reste celui présenté précédemment... mais pour les curieux ou ceux qui ont apprécié ce récit... voici comment tout cela aurait pu finir. -------------------------------------------------------- Épilogue alternatif Le lendemain matin je n'ai pas entendu Frédéric partir et lorsque je me suis levée j'étais seule dans la maison. J'étais triste: ma famille allait sans doute exploser dans les prochaines heures et mes deux semaines de folie sexuelle avec mon beau-père étaient finies. J'imaginais que Maman et lui devaient être en train de commencer à régler leurs comptes sur le trajet retour depuis l'aéroport; J'en étais à souhaiter qu’avant tout ils n'aient pas d'accident de voiture. J'étais mal quand j'ai entendu la porte du garage: Dans le pire des cas ma mère était déjà au courant de mes activités nocturnes en son absence et il allait falloir lui faire face dans quelques secondes. La porte s'est ouverte et Maman a couru vers moi pour me serrer dans ses bras. Apparemment Frédéric n'avait pas encore ouvert les hostilités. Elle a monté un de ses sacs à l'étage et il en a profité pour aller ouvrir une bière. J'imaginais qu'il avait manqué de courage ou alors qu'il avait préféré attendre une confrontation en face à face pour éviter d'avoir à se concentrer sur la route en même temps. Maman ...
    est redescendue et alors qu'elle était au milieu de l'escalier mon sang s'est glacé; Il y avait une troisième possibilité: mon beau-père souhaitait peut-être que je prenne part à leur règlement de compte. Dans ce cas, ce serait pour balancer au visage de Maman qu'il s’était vengé de son infidélité avec moi et que tout était de sa faute. Depuis le début je me disais qu'elle méritait de se prendre cette réalité de plein fouet... mais l'imminence de cet instant qui allait à jamais faire basculer nos vies me faisait défaillir. Et puis rien... Ma mère s’est assise dans le canapé, Sacha lui a servi un café et elle nous raconté ses journées de formation et ce qu'elle avait pu visiter de Copenhague. Je ne comprenais plus rien et ce fut pire quand je vis plusieurs gestes tendres échangés entre Maman et son mari. J'étais un peu déçu de lui. Il s'était montré fort et implacable avec moi: Comment pouvait-il retrouver sa femme adultère et faire comme s’il ne savait rien de ses écarts ? Ou alors.... Était-t-il possible qu'il ait pris goût au mode de vie que nous avions découvert ensemble depuis deux semaines: Sa femme qui le trompe en se croyant discrète et lui qui trouve chaleur et réconfort et dans mes bras ? Dans ce cas, ses visites nocturnes continueraient peut-être: Mes seins pointaient déjà honteusement à la simple évocation de cette possibilité. La soirée passa puis les deux jours suivants également. La maison avait retrouvé son calme et sa bonne humeur mais je ne pouvais pas m'en ...
«123»