1. Travaux routiers - Couplets 4 et 5


    datte: 12/06/2018, Catégories: fh, couleurs, extracon, inconnu, nympho, grossexe, campagne, Collègues / Travail, pénétratio, pastiche, humour, humour, occasion, Auteur: Cidoup, Source: Revebebe

    atteignent le renflement de la poitrine. Lisette se laisse gagner par une douce somnolence. Ce n’est pas Louis, ni Antoine qui la caressent ainsiOooOOOooOLa jupe de Marie-Amélie découvre les genoux.— Quand je vous ai vus en pleine action, tout à l’heure, j’ai été jalouse de la jouissance de cette jeune fille.Louis s’avance.— Vous voulez tâter de ma grosse queue ?Marie-Amélie se penche en avant pour toucher le caleçon. Elle cherche à saisir la tige à travers le tissu mais n’y parvient pas. Elle se renverse sur ses coussins. La jupe remonte à mi-cuisses. Louis avale sa salive. Il est sûr de son coup maintenant. Sans hésiter, il sort son engin et le caresse, comme pour l’affûter.— Elle te fait envie, hein ?— Je vous prie de ne pas me tutoyer !Louis, penaud, recule.— Mais, je reconnais, poursuit la jeune femme, que vous avez raison. Je n’ai jamais vu de queue si appétissante et je brûle de l’expérimenter.Marie-Amélie se couche sur les coussins. Elle soulève la jupe sur sa chatte poilue.— Viens, mon fier cantonnier, viens me baiser !Cinquième coupletÀ ces mots le cantonnier (bis) Et va baiser, et va baiser, La bell’ dam’ plein’ de bijoux. La chatte de Marie-Amélie attire irrésistiblement Louis. Il s’avance son pieu de chair bien en main. Tout à coup, un scrupule le retient. Il se retourne et essaye de voir ce qui se passe là-bas, sous les arbres. — Tu t’inquiètes pour ta jeune partenaire ? Mon chauffeur s’occupe d’elle. Il est très habile et prévenant envers les jolies filles. ...
    Il ne lui fera pas de mal, j’en suis sûre. Elle écarte les lèvres de son sexe. — Viens ! Nous avons assez perdu de temps. Louis n’hésite plus. Il s’avance entre les cuisses largement ouvertes et enfonce son dard dans le sexe impatient de le recevoir. — Aaah ! Ouiii ! Aah ! Que c’est bon ! Louis s’efforce de varier la cadence et les pénétrations. Il ne faut pas décevoir la belle automobiliste. Son avenir est en jeu. Pire : son honneur. OooOOOooO Hubert regarde du côté de l’automobile. Les oscillations du véhicule trahissent l’occupation des passagers. — Sacré patronne, murmure-t-il, elle a réussi à l’avoir, son cantonnier.— Qu’est-ce que vous dites ?— Rien, mon enfant, rien. Il n’a pas de temps à perdre s’il veut de son côté profiter de l’aubaine. — Comment vous nommez-vous ?— Pardon ?— Quel est votre nom ?— Lisette.— Eh bien Lisette, je vous trouve très jolie.— Vous vous moquez.— Si, si, vous êtes ravissante. Je connais beaucoup de dames de la ville qui aimeraient avoir comme vous des cheveux couleur de feu, votre teint, vos yeux (Il soulève le menton) votre bouche Lisette sourit sous le compliment. Hubert se rapproche des lèvres entrouvertes et applique un léger baiser. — Oh !— Excusez-moi, je n’ai pu résister à l’attrait de votre sourire. Me pardonnerez-vous ?— Euh il n’y a pas de mal. Vous me trouvez pas trop sotte ?— Sotte ? Vous ? Loin de moi cette idée ! Il lui prend les mains et les porte en bouche. La chemise, qui n’est plus tenue, glisse sur les cuisses de Lisette, ...
«1234...7»