1. Quand j'ai le blues...


    datte: 12/06/2018, Catégories: Anal, Sexe interracial, Auteur: hondo1906,

    : &#034Tu es une salope, Olivia, une très grande salope !&#034 Alors, il se retire et je pense qu’il va jouir à son tour, sur mes fesses. Éric poursuit son œuvre dans ma chatte, ruisselante, béante. C’est ce que doit se dire Lucas, lorsque je le sens repartir à mon assaut. Mais, au lieu d’investir à nouveau mon anus, encore ouvert, il se glisse le long de la queue de son ami et me pénètre à son tour. Oh ! C’est une sensation incroyable, deux queues me prennent la chatte ensemble, vivant leur propre rythme. Cela provoque en moi des spasmes qui m’amènent à la jouissance, une jouissance forte, rare. &#034Tu en penses quoi, ma cochonne ?&#034 me demande Lucas. Je ne réponds pas, je glisse mes mains entre nos corps, je saisis, leur couilles, tour à tour. Je nous regarde dans le miroir. Je ne vois que leurs queues s’engouffrant dans ma chatte démesurément étirée. Deux queues ensemble ! Lucas accélère son rythme, je sens qu’il va jouir, je le supplie de se dégager. Il le fait en hurlant et je sens son sperme s’écraser en giclées sur mes reins, et haut dans mon dos. Je me redresse, abandonnant Éric, mais je viens le chercher entre mes seins, où il ne dure que quelques secondes, éjaculant une semence épaisse sur son ventre et ma poitrine. En riant, je me ...
    masse de cet onguent généreux. Nous reprenons notre souffle et nos esprits… Je vais vers la baignoire pour me doucher. Lucas me suit. Je le laisse me doucher. L’eau et chaude. Il insiste avec le pommeau entre mes fesses. La chaleur me rend molle. Lucas me fait asseoir, mes jambes à l’extérieur de la baignoire, en appui sur mes bras. Il a lâché la douche, me soutient. Je me laisse aller contre lui. Il me caresse. Ses doigts cherchent à m’ouvrir… et m’ouvrent. Il glisse ses doigts dans ma chatte, me branle gentiment, le pouce sur mon clitoris. Puis il vient entre mes fesses et f***e mon anus. Deux phalanges vont et viennent maintenant vivement dans mon cul. J’aime ça ! J’adore ça…Je le préviens mais il est trop tard. Je pisse, d’un jet puissant, vertical. Je hurle en jouissant, d’un long râle. Il me semble que je ne vais pas pouvoir m’arrêter de pisser. Il me pistonne de plus en plus violemment. Je jouis en arrosant mon ventre et ma toison. C’est brûlant, c’est odorant. Éric s’est rapproché, médusé, … Sans doute n’est-il pas habitué à voir jouir une fille ainsi. Lucas s’est accroupi dans la baignoire, me saisit sous les fesses et m’approche de sa bouche. Il boit les dernières giclées de mon urine. Je n’y peux rien, j’adore cela, faire boire ma pisse…
«123»